Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 27 février 2017
Ich Bin N!ntendo
Lykke – LP
Shhpuma records 2016

Ich Bin N!ntendo n'est pas allemand, n'est pas japonais, c'est du norvégien. Et quand derrière la batterie se trouve Joakim Heibø Johansen,
>>
publié le 26 février 2017
Classe Mannequin
s/t – LP
Head 2016

C'est pas tous les jours qu'un disque pop est chroniqué dans ces pages de rustres et de cabochards. Ça doit être les prémices du
>>
publié le 25 février 2017
True Widow
Avvolgere – 2xLPs
Relapse 2016

Il n’est jamais trop tard pour faire des belles découvertes et celle-ci en est une : True Widow est un groupe texan qui existe depuis
>>
publié le 23 février 2017
Karies
Es Geht Sich Aus – LP
This Charming Man/Harbinger Sound 2016

Deuxième album pour les Allemands de Karies. Avec un syndrome identique à Seid Umschlungen Millionen, premier album qui naviguait entre
>>
publié le 22 février 2017
Naarc
Loam – 2xTapes
Self-released 2017


L'objet n'est pas banal. Un boitier renfermant deux cassettes. Deux miséreuses cassettes, ce format d'un autre âge mais présenté ainsi, l'objet a de la gueule. Le double album cassette, nouveau
>>
Big Neck Police
Don't Eat My Friends – LP
Feeding Tube 2016

Ne manger pas mes amis. Surtout s'ils s'appellent Big Neck Police. Il pourrait vous en cuire des dents cassés et de sérieuses indigestions. Big Neck Police est un trio new-yorkais pratiquant le
>>
publié le 20 février 2017
Men With Chips
Attention Spent – LP
Homeless 2016

Drôle de disque. Groupe étrange. Men With Ships débarque d'Australie. Pourrait venir de n'importe quel trou. Attention Spent. Oui, ça demande
>>
publié le 16 février 2017
Total Victory
vs. Big Electric – LP
Specific 2016

La victoire de l'électricité. Totale et grande. Total Victory vs. Big Electric n'est pas techniquement parlant un véritable nouvel album mais la
>>
publié le 15 février 2017
Krause
2AM Thoughts – LP
Riot Season/3 Shades Of Black 2017

Les pensées de 2 heures du matin, c'est de se dire allons former un groupe qui ferait du noise-rock comme dans les années 90 chez
>>
publié le 14 février 2017
Law Boss
Filthy Casuals – CD
Self-released 2016


C'est marrant parfois les auto-descriptions des groupes, même si c'est pour déconner, et les séances d'autoflagellation qu'ils s'imposent
>>
publié le 13 février 2017
Monplaisir
Demo – 12''
Echo Canyon 2016

Monplaisir c’est le nom d’un quartier de cette bonne vieille ville de Lyon, incroyable cité des lumières au retentissement culturel indéniable. C’est
>>
publié le 10 février 2017
My America Is Watching Tigers Die
Misses – LP
The Ghost Is Clear 2016

Cela fait huit ans que My America is Watching Tigers Die n'avait pas sorti de disques. Ça tombe bien, on n'avait jamais entendu parler de
>>
publié le 09 février 2017
Ken Mode
Nerve – 7''
Reptilian/Prey Animal 2016

Success n'a pas fini de dérouler le fil de son histoire. Et sur toute la ligne, oui, c'en est un de putain de beau succès. Les trois nouveaux titres
>>
publié le 08 février 2017
Sweet Williams
Please Let Me Sleep On Your Tonight – LP
Gringo/Faux Discx 2016

Des têtes connues à défaut de têtes couronnées chez les Anglais de Sweet Williams. A commencer par celle de Thomas House, ex-guitariste
>>
publié le 07 février 2017
Nitkowski
Effortless Charm – LP
Vacant Fulfillment/Triple Jump... 2016

Il est des albums demandant un temps d'adaptation, nécessitant d'avoir une vision globale pour en apprécier tous les détails, vous laissant
>>
publié le 06 février 2017
Darkthrone
Arctic Thunder – LP
Peaceville 2016

Il serait totalement mensonger de ma part de prétendre que c’est dans un état d’extrême fébrilité que je me suis précipité pour écouter
>>
publié le 05 février 2017
Dead Kiwis
Karate Karnage – CD
Avenue Thurel 2017

J’ouvre un œil, puis deux, je m’étire maladroitement comme une bonne grosse chose baveuse, je décide malgré tout de rester encore
>>
publié le 03 février 2017
Hollywoodfun Downstairs
Tetris – CD
Antena Krzyku records 2017

Là où passe Hollywoodfun Downstairs, l'herbe ne repousse pas. Le trio Néo-Zélandais avait fait forte impression à Lyon à l'automne dernier lors
>>
publié le 02 février 2017
Community 4
A Compilation Of Hobart Music – CD
Rough Skies records 2016

La compilation, c'est pas la panacée. Ça donne rarement des disques que vous chérissez toute votre vie. La tendance serait même à les
>>
publié le 01 février 2017
Rouge Gorge Rouge
Hypersomnia – CD
Collision Music 2016

Le Rouge Gorge Rouge sort pour la deuxième fois de son nid depuis 2013. Froast était une belle couvée. Avec Hypersomnia, Rouge Gorge Rouge
>>
publié le 31 janvier 2017
Yass
Things That Might Have Been – LP+CD
X-Mist/-273°C/Salon Alter Hammer 2016

Entre les choses qui auraient pu être et celles qui ne seront jamais se trouve Things That Might Have Been. Un album qui aurait pu être catalogué
>>
publié le 30 janvier 2017
Whores.
Gold. – LP
eOne Music 2016

Ce n'était pas le fol amour avec Whores et leur précédent mini-album Clean. Mais une amitié était possible. Une amitié virile bien sûr. Le premier
>>
publié le 29 janvier 2017
Terra Tenebrosa
The Reverses – 2xLPs
Debemur Morti 2016

Rien de tel qu’une chronique bien sentie d’un album sorti en 2016 pour rentrer de plein pied dans la d’ores et déjà mémorable (tombe ?) plâtrée de
>>
Kilslug/Drunk In Hell
s/t split 7”
At War With False Noise/Lupus 2016

Un split ep = 2 faces = une par groupe. Logique ! Un seul morceau sur les dites faces, par contre… Tant pis, on s’en contentera ! Côté pile : je
>>
publié le 28 janvier 2017
Mystic Inane
EP's Of M/I – LP
La Vida Es Un Mus – 2016

Mystic Inane est un groupe venant de la Nouvelle-Orléans et cet album est en fait une compilation de trois singles : Deep Creep, Ode To Joy et
>>
publié le 26 janvier 2017
Chron Turbine
II – Tape
Peterwalkee records 2016

Chron Turbine utilise un dispositif électrique et corrosif pour fait tourner une mécanique bruyante et tumultueuse. Un système comme il en existe
>>
publié le 25 janvier 2017
Missiles Of October
Better Days – CD
Pogo/Ebus Music/Bonobo Stomp 2016

Missiles Of October revient siffler au-dessus de nos têtes après avoir proposé de ne pas paniquer deux ans plus tôt. Cette fois-ci, des jours meilleurs
>>
publié le 24 janvier 2017
Unik Ubik
Maximum Axis – LP
Love Mazout, Tandori, Rockerill, Hovercraft 2016

Unik Ubik est une drôle de clique qui file la trique. Une alliance franco-belge avec Lille d'un coté de la frontière et Tournai juste de l'autre bord mais
>>
publié le 23 janvier 2017
The Uranium Club
All Of Them Naturals – LP
Static Shock 2016

The Uranium Club est chaud comme la braise. Un an à peine après un premier enregistrement et quelques mois après un single dont on vous a
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 27/02/2017
<14|02|2017>
The Hand en pleine tronche. Une nouvelle fois. Ce trio avec un ancien Steel Pole Bath Tub avait déjà enthousiasmé les foules qui s'ignorent avec le single You Weren't There. Le Vol. 3 est aussi fabuleux. Les mélodies sont à tomber, la passion est à son comble, les chaussettes se portent bas. Ne manque plus qu'une sortie vinylique pour que le bonheur soit total. En attendant ce jour béni, abusez de The Hand, qu'importe le volume.



The Art of Losing (+)
Meathooks
Psychoshitmachine - 7''
Disastro-Mix 1990
Cambodia Soul Music - LP
Disastro-Mix 1991
God Crash D.O.A. - 7''
Disastro-Mix/Noiseville 1992

[publié le 27 février 2017]



Des crochets de boucher, je veux bien être pendu si Meathooks n'est pas un des groupes de la pire espèce des serials killers auditifs. Très peu d'infos à propos de Meathooks. Un groupe originaire des Etats-Unis. Trois disques enregistrés à New-York et qui a ravagé les tympans entre 1991 et 1993. C'est tout. Heureusement, Meathooks n'a été entendu que par très peu de personnes mais tout ceux qui l'ont écouté s'en souviennent pour la vie. Boite à rythmes, guitare et basse qui crachent des clous rouillés, voix saturées, samples, saturations excessives, c'est de la haute toxicité dont Meathooks avait tout de suite trouvé la recette parfaite sur Psychoshitmachine, premier single avec trois titres trouvant leur place entre Big Black et Unholy Swill avec une pincée dégueulasse de Drunks with Guns et autres usines à gaz industrielles traitant leurs déchets en les balançant dans la rivière la plus proche. Sur l'insert, Meathooks prétend avoir volé et bastardisé des morceaux d'Iggy Pop. On cherche toujours.

:: download psychoshitmachine 7''

info 7'' :
black vinyl, 33 rpm, 1 insert. Produced & executed by The Meathooks. Engineer Prof. Peter Frivaldi. Recorded at UTFL Studios NYC. Paraphernalia & shit John Rosso, JR McKechnie. Some sounds + lyrics stolen & bastardized without permission from Iggy Pop. Thanxx Iggy. Discard this monoaural waste.





Cambodia Soul Music est leur premier et seul album de Meathooks. Plus n'aurait pas été raisonnable. La meilleure description est donnée par le groupe lui-même : A cracking mess of psycho-noise, spasmocore fever and bleak metallic churn. It's a rumble through ten slices of claustrophobic headache. Traduction : bienvenue en enfer. J'ai longtemps cru que ce groupe était anglais, potes d'Headbutt, Bastard Kestrel, Skullflower et toute une ribambelle de terroristes sonores de la perfide Albion. La version américaine est pire. New-York, un cauchemar sans nom. Là encore, Meathooks nous gratifie d'une reprise, Love Comes In Spurts de Richard Hell. Là encore, on cherche un lien. C'est bien sûr enregistré avec un croc de boucher entre les dents, ça grésille de partout, ça fait mal à la tête, c'est punk as fuck, les vacances au Cambodge sonnent comme une alternative paradisiaque et pour couronner le tout, Meathooks offre sur un plateau un Tribute To Gerogerigegege parce que Meathooks aurait très bien pu passer pour un groupe noise japonais plus fêlés que les originaux.

:: download Meathooks LP

info 7'' : 33 rpm, black vinyl, 1 insert. Engineer Peter Frivaldi. Recorded at UTFL Studios NYC. Produced and executed by Meathooks.





Dernier méfait de Meathooks avant de disparaître dans la nature aussi incognito qu'il a débarqué, les deux titres du single God Crash D.O.A. La malsaine recette ne change pas. Les voix vomissent l'absurdité des rues, les sons grouillent de partout, la boite à rythmes tabasse, Beg For Your Ass (Atomic Throat Mix) donne envie de danser à Tchernobyl, c'est de la vermine polluant chaque interstice du moindre sillon dont les grésillements naturels des vinyles vous sont offerts dans les téléchargements suivants, car c'est encore mieux avec les poils. Si jamais vous avez le courage de cliquer sur ces liens bien sûr.

:: download god crash doa 7''

info 7'' : 45 rpm, clear vinyl. Engineer Peter Frivaldi. Recorded at UTFL Studios NYC. Original front cover drawing by Hannah Feit.

 
Bert
Quiet Positive Pump - CD
Chicken Ranch 1996
Big Box Schwing - CD
Chicken Ranch 1997

[publié le 06 février 2017]



Bert, un trésor tellement bien caché que les services Emplois & Fictions de Perte & Fracas n'ont découvert les albums que récemment. Un trio originaire de Montgomery (Alabama) qui a oeuvré à peu près entre 1994 et 1997 et dont on ne sait pas grand chose sur les membres puisque les crédits fleurent bon les pseudos. Le seul élément connu est que Steve Albini a sévit sur pratiquement tous leurs enregistrements. Et rien que ça, ça vous donne une idée d'où vous mettez les pieds. Surtout dans la période dorée du noise-rock en plein dans les années 90. Le premier album se nomme Quiet Positive Pump et c'est en fait une compilation. Quatre sessions d'enregistrements différentes dont les six premiers titres mis en boite par l'incontournable Albini qui se pointe toujours là quand il s'agit de donner le plus bel écrin possible à une rythmique. Bert ne déroge pas à la règle. Mais ce disque est loin de se contenter de ces seuls six morceaux. 24 titres (dont un sans titre tout à la fin) vous contemplent. Deux titres (Wither et Steph) issus d'un split 7'' avec The Ducky Boys en 1994 et deux autres (Through The Mysterious Caustic Keyhole et Charlie & Co.) sur un split 7'' avec Knucklefish, toujours en 94. Pour le reste, c'est inédit, mis en vrac, jeté en pâture aux Dieux de la noise et qui reste très homogène malgré les sessions variées. Et si vous croyez que vous allez en prendre pour trois heures avec tous ces titres, c'est faux. En quarante minutes, Bert règle le compte de son album. Des titres brefs, intenses, urgents, qui renvoient à Bastro ou plus tard, à Brass Knuckle For Though Guys, Hero Of A Hundred Fights et autres groupuscules de l'ombre. Sur le nombre, tous les titres ne sont pas à tomber mais vous trouvez sans problème de quoi satisfaire votre appétit carnassier en matière de noise-rock angulaire et féroce avec des compos méritant largement d'être connues.

:: download quiet positive pump CD

info CD : Jack Bruised on Bass, Ginger Bugger on drums and Erk Clampton on guitar and vocals. All sounds by bert, copyright 1995. Artwork, Photography, Design and Layout by Paul Nitsche, copyright 1995, 1996. Skin and lungs, Jason Hill, Vonda, Paul Nitsche and to Steve for being a gracious host. Tracks 1-6 were recorded at Fluss' basement in Chicago on 2/4/95 by Steve Albini. Tracks 7-10 were recorded at Zero Return in Millbrook, AL, 1994. Tracks 11-13 were recorded at Zero Return, 1994. Tracks 14-23 were recorded at Zero Return, 1994.





Cette fois-ci, Albini s'est occupé de tout. Et c'est du travail qui claque de feu de dieu. Associé à un sens de l'écriture précis et toujours aussi urgent, Bert balance dans les gencives quinze brûlots qui ne font pas mine de bastonner sur Big Box Schwing. Au point que ça fait penser parfois à du Ken Mode en mode Bastro. En à peine une demi-heure, vous avez fait le tour du propriétaire mais cette collection de bombasses donne envie d'y retourner, encore et encore. Bert connaissait par coeur les lois du noise-rock. Son rendu mérite le détour. Chicken Ranch records possède toujours quelques exemplaires de Big Box Schwing et Quiet Positive Pump. Alors n'hésitez pas à passer commande.

A la collection, manque un single, Ambient Doug, publié en 1996 par House O'Pain, avec quatre titres ne figurant pas sur les deux CDs.
Et apparemment, le groupe bougeait toujours en 2009, non plus en trio mais à cinq, comme en témoigne cet enregistrement répondant au nom de Nufux, avec une pochette donnant vigueur et rigidité et ne s'écoutant que virtuellement.

:: download big box schwing CD

info CD : Anyer Liddeldaug, II : bass. Sillin Seggiolino : drums. Udo Keel : guitar & vocals. Recorded by Steve Albini Feb. 22 & 23, 1997, at Zero Return, Millbrook, AL. Mastered by John Golden. Photography by Reid T. Beesley. Layout by Bert & Tornado Graphics.

Kiss It Goodbye
She Loves Me, She Loves Me Not - LP
Revelation 1997
Choke - CDEP
Revelation 1999

[publié le 27 janvier 2017]



Attention, pièce maîtresse. Gros pavé dans les gencives. Un classique qui fait mal et se fait appeler She Loves Me, She Loves Me Not bien que ce titre n'apparaisse strictement nulle part sur la pochette, l'insert ou les ronds centraux du vinyle. Cet album est au hardcore ce que le Face Of Collapse de Dazzling Killmen est au noise-rock. A savoir une boule d'intensité qui rend dingue, un monstre d'urgence et de torture mentale, un disque culte. Et surtout, des albums dépassant le cadre dans lesquels on a voulu les coincer. C'est bien plus que du hardcore. Noise, punk, metal, orgiaque, assassin, labyrinthique, direct, capable d'imposer un rythme dangereusement mid-tempo ou des fulgurances qui fracassent tout sur son passage, insuffler une crispation sans cesse sous-jacente, insérer des échardes mélodiques, être pesant, souterrain ou méchamment frontal, élaborer des structures allant plusieurs fois au-delà des cinq minutes ou allonger des uppercuts, She Loves Me, She Loves Me Not est d'une densité infernale, d'une tension à couper le souffle. Kiss It Goodbye enchaine des titres de malade. Une fois déposé sur la platine, le vinyle prend possession de tous vos neurones, de tout votre corps, impossible de se concentrer sur autre chose, il éreinte, il essore et on en redemande. De Helvetica, titre d'ouverture où Tim Singer (forcément chanteur avec un nom pareil) fait gicler entre ses dents Why do you fuck me ? au terrible Ammunition qui emmène littéralement dans les méandres de la folie furieuse, du tribal We'll Burn That Bridge When We Get To It avec ses arpèges hypnotisants aux huit minutes culminantes de Sick Day qui démontre bien que ce groupe allait au-delà du hardcore à la manière d'un Neurosis, c'est une énorme masse sombre, nihiliste, féroce et déchirante qui s'empare de vous.
Kiss It Goodbye était composé de quatre types qui avaient déjà oeuvré dans des groupes à l'aura certaine. Deadguy pour le chanteur et pour le guitariste Keith Huckins, ce dernier ayant déjà joué également avec le bassiste Thom Rusnack et le batteur Andrew Gormley au sein de Rorschach.
Ce disque explose les chapelles. Alors si vous ne le connaissez pas, vous savez ce qui vous reste à faire. Et pour les autres, le bonheur n'a rien perdu de son incroyable force à l'écoute de cet incontournable.

:: download kiss it goodbye LP

info LP : black vinyl, 33 rpm, 1 insert. Produced and engine-eared by Billy Anderson. Assisted by Jeff Job & Floyd Reitsman. Recorded & mixed @ Ironwood Studios, Seattle. Mastered by George Horn @ Fantasy Studios, San Francisco. Original artwork by The Reverend Demian Johnston. All things macintosh by Tim Singer. Legal representation David Stein.







Après She Loves Me, She Loves Me Not, le groupe domicilié à Seattle perd son guitariste qui se désintéresse de la musique, est remplacé par Demian Johnston et tape dans l'oeil du gros label du coin, un certain Sub Pop records. Mais Tim Singer décide aussi de jeter l'éponge. Le EP qui devait sortir sur Sub Pop est publié en 99 par Revelation records à titre posthume. Une version 45 tours avec Choke et Cement. Un version CDEP avec un titre en plus, Watching Hellraiser, auquel il faut rajouter Preacher et Target Practise, deux morceaux sortis sur un single en 97 toujours par Revelation et qui étaient deux morceaux n'ayant pu, faute de place, figurer sur l'album. Mais qu'importe le support ou l'enregistrement, l'ivresse des puits sans fond est irrémédiablement présente. La voix de Singer avec ce léger effet saturé est plus prenante que jamais. Les compos collent à la peau. Un très beau cadeau d'adieu.
Rusnack, Gormley et le dernier arrivé Demian Johnston iront former par la suite Playing Enemy. Soit ce qui ressemble de près à une suite logique de Kiss It Goodbye. Soit un bonheur quasi aussi grand.
Pour la beauté du geste, un cadeau bonus sous la forme de Be Afraid, la première cassette demo de Kiss It Goodbye parue en 96 avec trois titres figurant sur
She Loves Me, She Loves Me Not plus l'inédit Afterschool Special. Ya pas de menu plaisir.

:: download kiss it goodbye cdep
:: download kiss it goodbye demo tape

info cdep : studio charity by Matt Sparky Bayles and studio mastered at West West Side by Alan Douches. Cool illustrations by the one and only Demian Johnston. Macintosh by Tim Singer & Jeff Caudill. Kiss It Goodbye is Demian Headboy, Andrew Gorms, Tomnak and Trim Swinger. Any other info has been forgotten.





Pour le fun, la pochette du single Preacher/Target Practice publié en 1997 par Revelation records. Ces deux titres figurent sur le CDEP Choke :




>> next