Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 21 octobre 2017
Spray Paint and Ben Mackie
Get Legless – 7''
12XU records 2017
Spray Paint
Third Man Live – 7''
Third Man records 2017

Spray Paint n'a pas publié d'albums depuis juin 2016. Une éternité à l'échelle du trio texan. Spray Paint n'en reste pas inactif pour autant. Outre un album à paraître en novembre prochain sur Monofonus Press sous le nom de Contributors avec Dan Melchior en quatrième membre, Spray Paint s'est accoquiné avec Ben Mackie, le chanteur du groupe
>>
publié le 20 octobre 2017
Drei Affen
s/t – LP
Arkan, Blessed Hands, Dingleberry... 2017

Sur la face non-gravée de ce disque, vous avez le droit à un belle gravure ainsi qu'à une inscription en espagnole qui peut se traduire par
>>
publié le 19 octobre 2017
Yards
Excitation Thresholds – LP
Truthseeker records 2017

L'Angleterre a fourni ces dernières années toute une ribambelle de groupes noise-rock plus excitants les uns que les autres. Et je croyais bien
>>
publié le 18 octobre 2017
Phantom Works
Ohms EP – 10''
Invertebrata records 2017

L'arrivée d'un nouvel enregistrement de Phantom Works, c'est l'assurance de toujours passer un bon moment. Pas de surprise mais une indéniable
>>
publié le 17 octobre 2017
Idylls
The Barn – LP
Holy Roar/Black Wire records 2017

Alors là il va falloir sérieusement remettre les compteurs à zéro. Et défenestrer sans pitié tous les apprentis noiseux qui pensent que
>>
publié le 16 octobre 2017
Couch Slut/Microwaves
Split LP
Sleeping Giant Glossolalia 2017

Un split de poids. Non pas parce que le vinyle pèse physiquement lourd mais parce que les deux groupes présents ne sont pas n'importe
>>
Couch Slut
Contempt – LP
Gilead Media 2017

Cette fois-ci, Couch Slut a retenu la leçon. Le groupe new-yorkais n'a pas mis le dessin le plus salace en couverture principale. Il faut
>>
publié le 13 octobre 2017
Blacklisters
Dart 7''
Too Pure records 2017

Dart, Disco et Drag, très beau programme de week-end concocté par les Anglais de Blacklisters (ou Blklstrs si vous êtes fâchés comme eux avec
>>
publié le 12 octobre 2017
Membrane
Erase – 12''
Basement Apes Industries 2017

Alors que le nouvel album d'Unsane vient de sortir et que leur capacité à reproduire toujours le même disque depuis trente ans sans évolution
>>
publié le 11 octobre 2017
Bagarre Générale
Tohu-Bohu – LP
Music Fear Satan records 2017

Si le nom du groupe et de l'album inspire un gros bordel inqualifiable et des châtaignes en rafale, la réalité est toute autre. La bagarre est
>>
publié le 10 octobre 2017
Overdose Support
Try Dying – LP
Kaos Kontrol 2017

La pochette n'a souvent rien à voir avec le contenu. Dans le cas de Overdose Support, elle colle parfaitement avec ce qui vous attend.
>>
publié le 09 octobre 2017
Shattered, Flattered & Covered
A Tribute to Unsane – 2xLPs
Antena Krzyku records 2017

Des compilations en hommage à des artistes, c'est pas ce qui manque et ça prend la poussière beaucoup plus vite que la moyenne. Rien
>>
publié le 07 octobre 2017
Térébenthine
Visions – LP
Atypeek/Axe Musique/Arbouse/Ocinatas/Pied De Biche/Poutrage 2017

Térébenthine, c'est comme le bon vin, plus il vieillit, meilleur il est. Mais n'en faites pas le
>>
publié le 06 octobre 2017
Whitehouse
Dedicated To Peter Kurten, Sadist And Mass Slayer
Dirter Promotions 2017

La campagne de réédition de la quasi-intégralité des albums de Whitehouse au format LP lancée par William Bennett en 2007 avait fort bien
>>
Prosternatur
Abyssus Abyssum Invocat – 2xLPs
Terratur Possessions 2017

Prosternatur est un projet de Black Metal Européen composé de musiciens probablement connus, mais qui, pour cette occasion spéciale, ont
>>
publié le 05 octobre 2017
Grizzlor
Destructoid – LP
Hex Records 2017

A chaque fois qu’est évoqué le cas épileux de ces brutes de Grizzlor, une question hautement philosophique me taraude. Est-ce que leur
>>
publié le 04 octobre 2017
Less Art
Strangled Light – LP
Gilead Media 2017

Les membres de Less Art ne sont pas des débutants et ça s'entend. Strangled Light est un premier album parfaitement maîtrisé, un nouveau
>>
publié le 03 octobre 2017
Una Bèstia Incontrolable
Metamorfosi – LP
La Vida Es Un Mus 2017

Alors que les Catalans se prennent des coups plein la gueule et gratuitement, les Barcelonais de Una Bèstia Incontrolable monte une nouvelle
>>
publié le 29 septembre 2017
Grizzlor/Godstopper
Split 7'' Vol.1 - 2 of 4
Corpse Flower 2017


Alors que Grizzlor vient tout juste de publier son premier album répondant au doux nom de Destructoid, retour sur ce split single avec >>
publié le 28 septembre 2017
Unsane
Fix It/Wrung – 7''
Amphetamine Reptile 2017

Alors que Sterilize, le nouvel album d'Unsane, sort officiellement demain 29 septembre, vous avez très peu de chance de trouver également dans
>>
Viagra Boys
Call Of The Wild – 12''
Push My Buttons/Year0001 2017

Seconde pilule à avaler des Viagra Boys et elle se gobe avec toujours autant de bonheur que Consistency Of Energy. Le gang de Suédois
>>
publié le 27 septembre 2017
Housewives
FF061116 – LP
Rocket recordings 2017

Ce disque, il a une tronche de code-barres et un titre d'avion de chasse qui bégaye. De quoi légitimement se demander ce qu'il va nous
>>
publié le 26 septembre 2017
YC-CY
Todestanz – LP
X-Mist records 2017

Todestanz ou danse de la mort en français, c'est la nouvelle sarabande infernale de YC-CY. Le groupe suisse avait déjà planté une mortelle
>>
publié le 22 septembre 2017
La Chasse
Noir Plus Noir Que Le Noir – LP
Et Mon Cul c'est du Tofu/Katatak... 2017

La Chasse est ouverte. Premier album vinyle pour le duo marseillais composé de deux filles à la basse et à la batterie. Les Coyotes sont lâchés et
>>
publié le 21 septembre 2017
Guantanamo Party Program
III – CD
Antena Krzyku records 2017


Guantanamo Party Program, c'est l'éclate en Pologne. Cet autre pays du palmier voit défiler une lourde procession de combinaisons noires,
>>
publié le 20 septembre 2017
The Lumes
Envy – CD
Crazysane records 2017

The Lumes est Hollandais (Rotterdam) et Envy leur premier disque après deux cassettes qui avaient plus valeur de démo. Seulement six titres
>>
publié le 19 septembre 2017
Moller-Plesset
Self-consistent E.P. – 12''
In My Bed records 2017

Moller-Plesset a une notion différente du commun des mortels du temps qui passe. Qu'est-ce qu'on disait à la fin de la chronique de leur
>>
publié le 18 septembre 2017
Tunic
Boss – 7''
Manitoba Film & Music 2017
Disappointment – 7''
Public Tone 2016
Disappointment + 3 – Tape
Good Person records 2016

Tunic était venu au monde sur un split single avec Conduct en 2015. Un seul titre et il était prometteur de lendemains frondeurs. Le trio canadien (Winnipeg) a enchaîné en 2016 avec le single Disappointment qui se dédouble en version 45 tours avec quatre titres et en version cassette avec trois titres supplémentaires. Tunic confirme. Il va falloir compter sur eux. Ça sera du sauvage, du noisy-punk avec l'accent sur noisy. Et sur punk aussi. Ce n'est pas tout à fond pour autant, Tunic sait faire dans le discernement mais il ne faut pas trop cligner des yeux sous peine de pas voir passer l'éclaircie. Disappointment attaque bille en tête. A peine deux minutes, une constante chez Tunic, pour
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 21/10/2017
<23|08|2017>
On ne se lasse pas de se laisser surprendre. On a beau savoir que n'i m p o r t e quel groupe ayant existé est susceptible de se reformer un jour, il arrive encore d'être étonné. C'est donc au tour de Pachinko de retâter du terrain. Obscur mais indispensable groupe noise-rock de Madison dans le Wisconsin entre 1992 et 1996 qui aura droit un jour à son Oldies. En attendant, le trio a sorti State Your Grievances, un nouvel album que Alternative Tentacles réalise bien qu'aucune sortie vinyle semble (pour l'instant) prévue. Et les revenants sont en très grande forme, profitez !





The Art of Losing (+)

Dakota
I Got Called A Teenager On The 10 O'clock News - 7''
Twistworthy records 1998
[publié le 21 octobre 2017]



Certains disques se perdent au fin fond des collections. C'était le cas pour ce très obscur groupe d'Austin, Texas, comme son nom ne l'indique pas. Dakota a publié un seul disque, le single trois titres I Got Called A Teenager On The 10' O'clock News en 1998. Les trois membres de Dakota sont totalement inconnus, n'ont jamais rien fait (ou presque) après et ce single est leur seul moment de gloire, tout éphémère soit-il. Mais il est pourtant très bien ce petit bout de vinyle insignifiant. Un mélange de Johnboy, Hoover et Rockets Red Glare, du noise-rock qui n'est pas que fracas sauvage. Mais d'autres références et des belles auraient pu être citées. Le morceau (ou exhibit 1 comme c'est écrit) de la face A, Figure Eight, est plein de rebondissements, de cassures et d'un entrain général qui font les perles. Idem pour Four Lanes No Sleep et Person In Traction (exhibit 2a et exhibit 2b), aussi rugueux et limpides, pleins de hargne et de lumière. Un single princier que j'essaierais de ne désormais plus oublier au fond d'une boite.

:: download Dakota 7''

info : 45 rpm, 1 insert. Ben Webster, Dana Cooper, Dan Muldoon. Recorded and mixed by Jason Saucier at the Sweatbox in the spring of ninetyeight. Engineered by Jason Saucier at Sweatbox. Graphics by Jason Meade.


 

Drunks With Guns
s/t - LP
Chopper records 1987
Second Verses - LP
Intellectual Convulsion records 1990

[publié le 15 octobre 2017]



Mélomanes de tous pays, le monde enchanteur de Drunks With Guns vous souhaite la bienvenue. Un groupe américain (St Louis) qui a existé entre 1984 et 1987 et dont le terme qui revient le plus souvent pour les décrire est dégénéré. Avec punk. Et noise.
Une rythmique sourde, pesante, lobotomisante, centrale. Une guitare accordée très bas, juste avant que les cordes ne lâchent. Et un chant - désolé pour ce mot - celui de Mike Doskocil, entre le crachat irrévérencieux, l'absurde et le vomi. Des enregistrements de bâtards qui débouchent sur une poignée de singles et un album. Seulement quatre concerts dans leur chienne de vie. Le premier en 84 dans un local de vêtements punk, en septembre 84 en ouverture de 45 Grave, un autre avec Battalion Of Saints et le dernier en première partie de Samhain en octobre 85 se remémore Doskocil en 2011 lors d'une interview pour un webzine américain. Bref, tout ce qu'il faut pour que Drunks With Guns devienne un groupe culte dont on retrouvera l'influence dans les premiers groupes d'Amphetamine Reptile et autres actes proto-noise-rock.
Leurs influences à eux se situaient du coté de No Trend, PIL et spécialement Second Edition, Black Flag, Germs et Circle Jerks dixit toujours Doskocil. On pourrait sans doute rajouter Stick Men With Ray Guns et beaucoup plus loin, le plus primaire et brutal aspect de Stooges Leur devise était less is more,
le lien manquant entre Flipper et Brainbombs.
Le premier album en 1987 sur Chopper records était en fait le regroupement de deux singles publiés en 1985 et 1986. Le premier comportait trois titres sur le bien nommé Cheap Beer records avec sur la pochette les quatre types du groupe posant sur leur matos au milieu de détritus de canettes de bières vides. Une photo prise dans le batiment où habitait notamment le batteur Fred Broadhacker, qui leur servait aussi de local de répétition et qui avait la réputation d'être hanté. Le morceau Hell House est dédié à cette maudite bicoque. Le second single Thirst For Knowledge était sorti sur le même label avec cinq morceaux. Seul un titre, l'inénarrable Wonderful Subdivision, a été rajouté pour l'album.
Ce morceau, c'est un le test parfait pour savoir si vous êtes faits pour supporter Drunks With Guns. A défaut de pouvoir être le groupe punk le plus rapide et puissant comme ils avaient essayé d'être à leur début, Drunks With Guns avait décidé d'être le groupe le plus lent et puissant. Plus de cinq minutes d'une malsaine descente dans les bas-fonds, répétitive, un mono-riff, une basse de plomb (tenue alternativement par Mike DeLeon ou Jim Broyles quand le premier nommé s'est cassé dans la Marine américaine), une batterie qui résonne bizarrement et un Doskocil qui vomit littérallement ou qui fait n'importe quoi, qui prête autant à rire qu'il est dérangeant. Saisissant. Idem sur le titre d'ouverture Blood Bath.
Mais Drunks With Guns savait aussi accélerer le mouvement, faire preuve d'un sens punk-rock acéré sous des allures de sales rednecks avec New Wave Nego Girl, l'entrainant Hell House, le poétique Dick In One Hand... ou le sulfureux I Got The Gun et ses paroles sur lesquelles il est fait mention de donner de la drogue à de petits enfants jouant sur le terrain de jeu. Primitif, massif, tordu, vérolé, stupide, abject, sauvage, rien à foutre de rien, Drunks With Guns se consommait ainsi et c'était parfait.

:: download s/t LP

info : 33 rpm. Guitar : Stan Seitrich. Bass : Mike DeLeon/Jim Broyles. Drums : Fred Broadhacker. Mouth : Mike Doskocil. Recorded between March 85 - December 86.






C'est par cet album que j'avais découvert Drunks With Guns en 1990. Parce qu'il était sorti sur un label parisien, Intellectual Convulsion, qui publiera deux ans plus tard le Dig Out The Switch de Dazzling Killmen. Second Verses n'est d'ailleurs pas un véritable album mais une compilation à titre posthume de singles et de titres avec Doskocil d'un coté et la paire Seitrich/DeLeon de l'autre. En effet, le groupe avait implosé en 87 suite à un gros conflit entre Doskocil et Broadhacker à propos d'une fille, Deidra, qui fut la femme de Doskocil mais qui fréquenta aussi d'un peu trop près le batteur (elle est morte en 2011 d'une overdose dans la chambre de son souteneur). Une situation qui débouche sur un fait cocasse. Chacun se dispute la paternité du groupe et deux versions de Drunks With Guns apparaissent. L'une avec Doskocil et des nouveaux membres et l'autre avec Broadhacker et DeLeon qui engagent une gamine de 12 ans, Melissa, pour le chant.
Sur Second Verses, on retrouve encore le Drunks With Guns authentique avec les trois titres du single Alter
Human Industrial Fetishism dont la pochette a inspiré Second Verses et comporte le mémorable Leprosy mais aussi Zombie et Enemy, la lourdeur, le bruit, le déraillement augmentant d'une bonne dose. Avec parfois la bande semble se bouffer elle-même, comme si le disque s'écrasait sous son propre poids. Wonderful Subdivision est repris dans une version légèrement différente et Drunk's Theme était un inédit. Par contre, sur la face B, c'est la version Doskocil avec de nouveaux partenaires et jamais la verve originale ne sera retrouvée. Le single Drug Problem/DWI/A Beer publié en 89 par Noiseville est repris dans son intégralité et le punk-rock sauvage de DWG se liquéfie lentement mais surement. Life Of Crime n'est pas une cover de Laughing Hyenas, contrairement à Raw Power, reprise live des Stooges.
Doskocil a sorti trois autres singles mais vous pouvez oublier. Vous pouvez encore plus vous passer des trois singles de l'autre version de Drunks With Guns. Si l'idée d'avoir une gamine pouvait être marrante sur le papier, la réalité est très différente. Et musicalement, on ne se marre pas non plus. Ou si, mais à leurs dépens.
Heureusement, tous les protagonistes mettront fin rapidement à cette mascarade. Seitrich part former Strangulated Beatoffs (deux albums sur Skin Graft), DeLeon fonde Fruitcake alors que Doskocil frappe sur la batterie de Ultraman ou joue pour Bullets For Pussy. Mais jamais sans les éclats de Drunks With Guns qui ont marqué plus d'une génération de punks.

:: download second verses LP

info : 33 rpm. The Drunks with Guns were : Mike Doskocil / vocals (guitar on 9, 11 & 12). Malcolm Bliss / drums (backing vocals on 11) with Barron Bottger / bass (11), Mike DeLeon / bass (1-7), Tom Noerper / guitar (8-11), Stan Seitrich / guitar (1-7), Amy Shew / bass (8-10). 1-7 produced by Dave Reeves. 8-11 produced by Brent Johnson. The band's name, lyrics and song titles were coneived by Mike Doskocil and are ©
1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1989, 1990. All songs written by Mike Doskocil, except 5 & 9 (Doskocil, Wilkerson), 10 (Doskocil, Noerper), 11 (Roman), and 12 (Pop, Williamson).

 

Rodan
How The Winter Was Passed - 7''
Three Little Girls records 1993
Rusty - CD
Quarterstick records 1994

[publié le 03 octobre 2017]



Rodan, c'était le nom d'une grosse bête mystérieuse dont la culture japonaise est friande et apparue pour la première fois en 1956 dans un film de Ishirô Honda. En 1993, c'était moins mystérieux. Le groupe Rodan venait de Louisville dans le Kentucky, la ville de naissance de Mohamed Ali, Hunter S. Thompson et de Slint. Si les deux premiers ont peu de rapport avec Rodan, Slint sera toujours considéré comme l'influence principale de Rodan. Les quatre Rodan ne pourront jamais y échapper. Mais ils le feront magnifiquement bien. Formé en 1992 par Jeff Mueller et Jason Noble, puis rejoint par la bassiste Tara Jane O'Neil, Rodan sort son premier single en 93, How The Winter Was Passed, avec deux batteurs différents : Jon Cook sur Milk And Melancholy et John Weiss sur Exoskeleton. Sur Milk And Melancholy, l'influence Slint se fait encore attendre. Ou alors c'est la version dure avec des explosions qui ne font pas mine de tabasser et des parties calmes qui n'ont qu'à bien se tenir. Par contre, les sept minutes et quelques de Exoskeleton montrent l'appétence de Rodan pour les longs développements, la mélancolie qui laisse planer des orages à venir, la sourde tension mais aussi un art du bruit bien à eux. Rodan n'a jamais hésité à frapper, à dévoiler leur face rock et bruyante et pas uniquement pendant de brèves explosions. Exoskeleton est un instrumental épique, bordélique, mélodique, une profonde vague annonciatrice de la teneur de l'album Rusty.

:: download Rodan 7''

info : 33rpm, printed inner sleeve. Rodan is : Tara Jane Oneil, Jeff Mueller, Kevin Coultas, Jason B. Noble. Drums on 1 = Jon Cook. Drums on 2 = John Weiss. Recorded by Tony French in Baltimore, Md. 8 track/16 track. Photography and the archeologist (Part II).








Rusty est l'unique album de Rodan. Publié en 1994 sur le label de Chicago Quarterstick records, sorte de sous-division de Touch And Go, Rodan vient jouer dans la cour des grands pour un disque emblématique d'une période, d'un son noise-rock made in 90 et que A Minor Forest ou June 44 perpétreront ensuite. Kevin Coultas s'est définitivement assis derrière la batterie. Rodan peut donner sa pleine mesure. Je n'ai jamais trop goûté cependant le titre d'ouverture Bible Silver Corner. Un gentil instrumental mélancolique et joliment mélodique un peu longuet avec section de cordes (qui suivra plus tard Jason Noble au sein de Rachel's) et piano, comme un séduisant morceau de Slint mais sans la tension. Mais comme dit Jean-Pierre Pernaud, sans transition, Rodan attaque bille en tête avec le second titre Shiner. Deux minutes de virulence contre-balancées par une alternance de chant rageur et de chant-parlé et à plusieurs. Un effet typique de la noise des 90's et qui marche à merveille. Mais c'est avec le troisième titre, The Everyday World Of Bodies, que Rodan donne sa pleine mesure. Onze minutes pendant lesquelles l'ombre de Slint plane fortement mais Rodan transcende tout ça, n'hésitant pas à marquer les coups et à exacerber la tension. Les trois titres suivants vont affirmer cette tendance. Chez Rodan, les contrastes sont plus saisissants, montagne russe des émotions, entre très beaux passages mélancoliques (le chant de O'Neil sur Jungle Jim), le travail dans la finesse des deux guitares et un vrai sens du rock intense, virulent, assez brut et jouant les prolongations. Rodan avait finalement réussi par trouver sa voie.
Après Rodan, Noble se plonge dans un tout autre délire au sein du groupe neo-classique Rachel's avec Coultas (sans oublier Per Mission) puis retrouve dès 1996 Mueller pour former les très bons Shipping News. Il décède en 2012 à la suite d'un cancer (en 2013, c'est le batteur d'origine de Rodan, Jon Cook, batteur également de Crain, qui tire aussi sa révérence). Quant à Tara Jane O'Neil, on la retrouve dans de nombreux projets dont The Sonora Pine, The King Cobra, Retsin ainsi que plusieurs albums solo.
En 2013, Quarterstick publie Fifteen Quiet Years, une compilation de morceaux égarés sur des compilations, les deux titres de How The Winter Was Passed, une Peel Session, un poil d'inédits et des versions live. Mais si déjà vous vous coltinez Rusty, vous aurez grandement fait le tour du propriétaire.

:: download Rodan CD

info : Tara Jane Oneil : bass/vox. Kevin Coultas : drums, guitar (Bible), vox. Jeffery Mueller : guitar/vox. Jason B. Noble : guitar/vox, piano on Bible. Thanks + apologies to Philip Glass for the part he wrote. And the intro strings were : Christian Frederickson (viola), Eve Miller (cello), Nat Barrett (cello), Micheal Kurth (bass). Produced by Rodan & Jake Lowenstein. Magnetic Tape recorded in Chicago, october 20/21/22 1993, engineered by Bob "Rusty" Weston IV except * recorded sunday 25 september in Louisville, KY at our house by Brian Mcmahan & Steve Good.




>> next