Dernières chroniques | Recent reviews
posté le 09 février 2016
Kitchen's Floor
Battle Of Brisbane – LP
Bruit Direct 2015

La bataille de Brisbane, c'est celle menée par Matt Kennedy contre sa ville qui le désespère et ses habitants de merde. I hate everybody here.
>>
posté le 08 février 2016
Don Vito
Comment Ça Va Light My Fire - LP
Head/Tremor Panda 2015

Pour être franc, je n’ai jamais été un fan absolu de Don Vito. Sur disque comme en live j’ai toujours trouvé la musique du trio un peu trop rigide et
>>
posté le 06 février 2016
Nervous
Duration And Delusion – LP
Turbulent/Twelve Gauge 2015

Nouveau disque pour Nervous avec uniquement six titres. Leur premier album self-titled en 2013 sur Twelve Gauge était passé entre les mailles du
>>
posté le 05 février 2016
Stick Men With Ray Guns
Grave City – LP
End Of An Ear 2015


Stick Men With Ray Guns ne doit plus avoir de secret pour vous si vous avez déjà lu cet article et encore mieux, si vous avez cliqué sur le lien de >>
posté le 04 février 2016
Slaap
Iceberg Alley/After & Tomorrow 7''
Close Up 2015


Le post-punk, on en bouffe à toutes les sauces par les temps qui courent. Mais Slaap, nouveau groupe strasbourgeois, en propose une version >>
posté le 03 février 2016
Herr Geisha & The Boobs
Book Of Mutations – CD
Dur Et Doux 2015

C'est ma première rencontre avec Herr Geisha & The Boobs alors que le trio lyonnais compte déjà trois albums au compteur. Et cette initiation débute
>>
posté le 02 février 2016
Mombu/Mosca Violenta
Hunting Demons – LP
Head 2015

Quand Mombu et Mosca Violenta sont sur le même bateau, t'as pas intérêt à être sujet au mal de mer. Deux batteries, deux saxophones (baryton et
>>
posté le 01 février 2016
craw
1993-1997 – 6xLPs
Northern Spy 2015

J'ai craqué. Ou comment se procurer les disques d'un groupe dont on a déjà tout. Craw a encore frappé. Impossible de lutter. Northern Spy
>>
posté le 30 janvier 2016
Télédétente 666
Karen – LP
Et Mon Cul C'est Du Tofu ?, Le Turc Mécanique, POUeT ! Schallplatten, 24h/Jamais 2015


Le programme de Télédétente 666 est familial et grand public. Il propose de causer cheval rose >>
posté le 29 janvier 2016
Housewives
New Dance/Time She Stopped 7''
Blank Editions 2015

Sorti juste avant l'album Work, ce single paru sur Blank Editions propose deux inédits, New Dance et Time She Stopped. De quoi faire le bonheur des
>>
posté le 27 janvier 2016
Running
Wake Up Applauding – LP
Castle Face 2016


Wake Up Applauding
étai le nom du morceau figurant sur le flexi accompagnant le dernier album en date Vaguely Ethnic. Totalement sauvage est la
>>
posté le 26 janvier 2016
Elephant Rifle
Ivory – LP
Gentlemen Friends/Humaniterrorist 2015
Elephant Rifle/Alphabet Cult
split 7''
Intruder Alert ! Intruder Alert ! 2014

Elephant Rifle. Avec un nom pareil, ça promet de flinguer du gros gibier. Et effectivement, Elephant Rifle est une belle bête. Un groupe originaire de Reno dans le Nevada. Ivory est leur deuxième album et c'est un très beau trophée. Un trophée qui n'est pas une pièce rare mais les finitions sont
>>
posté le 25 janvier 2016
Protomartyr
The Agent Intellect – LP
Hardly Art 2015

C'est poussé par un vent de curiosité sur lequel vogue la rumeur que le troisième album de Protomartyr a fini par échouer dans les parages. >>

posté le 24 janvier 2016
Sheik Anorak
Let’s Just Bullshit Our Way Through – CD
Gaffer 2016

Je suis quand même un peu, beaucoup, dans la merde. Je m’apprête à dire tout le plus grand bien du monde de Let’s Just Bullshit Our Way Through
>>
posté le 22 janvier 2016
Ex-Breathers
Past Tense – LP
Exploding In Sound/Hex 2015

Ex-Breathers ne sont pas d'anciens ex-quelque chose de connu - ou alors ils cachent bien leur jeu - et ont tout l'avenir devant eux. L'épisode 1
>>
posté le 21 janvier 2016
Cured Pink
As A Four Piece Band – LP
R.I.P Society 2015


Ça fait un petit moment que j'essaye de m'enfiler le premier album des Australiens de Cured Pink. En vain. Alors j'ai fait une pause. J'ai remis ça. Et
>>
posté le 20 janvier 2016
Soupcans
Soft Party – LP
Telephone Explosion 2015

Soupcans remet le couvercle. Un deuxième album n'arrivant pas comme un cheveu sur la soupe mais poursuivant les travaux de déconstructions >>
posté le 19 janvier 2016
My Disco
Severe – LP
Temporary Residence 2015

Après la grande pauvreté du précédent album Little Joy qui n'avait provoqué aucune espèce de moindre parcelle de bonheur aussi petite fût-elle, le pire >>
posté le 17 janvier 2016
Ukandanz
Awo – LP
Bigoût/Dur Et Doux 2016

Sur le papier, mais sur le papier seulement, le noiseux réfractaire de base – je parle évidemment de moi – a de quoi être un petit peu méfiant :
>>
posté le 16 janvier 2016
The You And What Army Faction
Glum – LP
Smash 2015

A la lecture de la chronique de leur précédent single qui remonte déjà à 2012, il était difficilement envisageable de penser que le premier album de
>>
posté le 14 janvier 2016
Aneurysm
Stop This Ride 7''
Puritan Candy 2015
Veronica 7''
Tor Johnson 2015

Il n'aura échappé à personne qu'Aneurysm était le titre d'un morceau de Nirvana sur l'album Insecticide. Comme sur leur premier single sorti l'été 2015, Aneurysm reprend en plus Violet, un morceau de Hole tiré du deuxième album Live Through This, il est très tentant de parler de grunge et de faire vite fait bien fait des raccourcis de feignasses.
>>
posté le 13 janvier 2016
The K.
Burning Pattern Etiquette - CD
Jaune Orange 2015

Le premier album de The K. faisait bien sentir que c'était pas le genre de groupe à se laisser attraper facilement. Les genres musicaux, les étiquettes, >>

posté le 12 janvier 2016
Housewives
Work – LP
Hands in the Dark/Negative Days/Blank Editions 2015

Les femmes au foyer au travail, ça donne un nouveau groupe de Londres plantant leurs >>

posté le 08 janvier 2016
Meatwound
Addio – LP
Magic Bullet 2015

Le rouge de la pochette aussi rouge que le vinyle résume parfaitement la vision sanguinaire émanant de l'écoute de ces six titres. Une véritable >>

posté le 06 janvier 2016
Broughton's Rules
Anechoic Horizon - LP
Relapse 2014

Je suis totalement passé à coté de ce groupe. Honte sur moi. Parce que dans Broughton's Rules, on retrouve l'intégralité des membres de
>>
posté le 05 janvier 2016
No Form
s/t 12''
Reagent/Muscle Horse 2015


No Form ne chipote effectivement pas sur les structures. Leur bruit se répand comme la gangrène, un vol de corbeaux sur des plaines
>>
posté le 04 janvier 2016
Great Falls
The Fever Shed – LP
Init 2015

Le fait que ce nouvel album de Great Falls ne réserve aucune surprise n'est absolument pas un problème. Great Falls fait du Great Falls. Il
>>
Ken Mode/The Atlas Moth
split 7''
Init 2015

Cadeau bonus du trio Ken Mode avec cet inédit issu de la même session d'enregistrement que pour le récent album Success. Absolutely Not est son
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 09/02/2016
<30|01|2016>
La suite. Enfin. Après le magnifique Ruine & Ravins, Bateleuse revient sur le devant de la scène avec Lentrelacs. Et c'est toujours aussi grandiose. Voir mieux. L'instrumentation s'est étoffée, c'est à nouveau dingue et poignant et ça vous retourne en six morceaux renversants. Pas de sortie physique (pour l'instant ?) mais la possibilité de l'écouter à volonté et le télécharger aussi. Gratuitement ou non.


The Art of Losing (+)
Party Diktator
Dive-Bomb - LP
Roadrunner 1996
[posté le 28 janvier 2016]



Les Allemands de Party Diktator ont mis quatre années pour donner une suite à Wolrdwide. Ça sera leur deuxième et ultime album. Dive-Bomb était plus ou moins prévu de sortir sur Amphetamine Reptile après la réalisation d'un single (Stand Behind Me/Quiet Line) par le label de Minneapolis mais Party Diktator n'a pas résisté à la demande du plus gros label Roadrunner. Quatorze titres, chargement à bloc d'un noise-rock plus que jamais incendiaire avec un bassiste hyperactif et complètement bluffant pour une section rythmique (avec un nouveau batteur) de feu, cheville ouvrière d'un groupe qui devait sûrement le déplacement en concert. Tour à tour précis et chaotique, rouleau-compresseur et mélodique (le surprenant W.S.W.B.), groovant et urgent, imposant une pression incessante, Party Diktator ne faisait pas de quartier avec des titres énormes vous laissant sans souffle comme N-N End, Skinny Drug Girl, Terminus ou Son Of Head. Enregistré dans la douce campagne angevine, chez le célèbre studio Black Box avec Peter Deimel et le regretté Iain Burgess, Dive-Bomb est encore plus percutant que Worldwide et certainement un des disques noise-rock les plus sous-estimés de son histoire. Une sortie sur Amphetamine Reptile aurait sûrement changé la donne...
Party Diktator a également réalisé quatre singles (dont un split avec Spermbirds) mais rien qui ne vaille vraiment le coup puisque tous les titres se retrouvent sur les deux albums, sans oublier une Peel session n'existant apparemment qu'en cassette. On peut tout de même citer le single sur Amrep car les deux titres sont proposés dans des versions différentes et encore plus hargneuses.

:: download Dive-Bomb LP


infos : 33 rpm, black vinyl. Vocals : Nick Neumann. Bass : Matthias Weishoff. Guitar : Ole Wulfers. Drums : Jens Ahlers. Live sound : Nils Peters. Road Froilein : Esther Kempmann. Recordd at : Black Box Studio, France 8/95. Engineered by Iain Burgess and Peter Deimel. Mixed at Brown Sound Studios, MA/USA by Jamie Locke. All lyrics & music by Party Diktator except Son Of Head : L.: Jasper Hood/M.: Party Diktator and Schweinfurt : M.: Party Diktator & Gregor Henning.


 
Party Diktator
Worldwide- LP
Dead Eye Productions 1992
[posté le 25 janvier 2016]



Il existe des disques dont on oublie totalement l'existence. Et quand on retombe par hasard sur eux, le souvenir auditif est proche du néant. Ce fut le cas pour Party Diktator. Désolé. Ou plus exactement entschuldigung. Car à part savoir que c'était un groupe allemand (Brême), très peu d'infos ont circulé à leur sujet. Worldwide était leur premier album en 1992 sur Dead Eye Productions (distribué par le fameux mailorder X-Mist) et ressemblait à un noise-rock furieusement agité du bulbe, tendance épileptique avec une rythmique fiévreusement rock'n'roll à la Cows sur certains morceaux. Pas très étonnant en tout cas qu'Amphetamine Reptile a réalisé un single de Party Diktator en 1994. Entre les rythmiques qui tournent en cercle de feu, notamment cette basse prépondérante, et le bruit d'éléments métalliques d'une batterie sonnant du coup parfois comme celle de Distorted Pony, la guitare au jeu bien noise, la légère saturation d'un chant extraverti qui débite à tout va et une vitesse d'exécution assez édifiante, les neufs titres font feu de tout bois. Mais dites vous que malgré toutes ces timides tentatives de comparaisons, Party Diktator reste un groupe à la musique assez personnelle avec une énergie et une urgence auxquelles il est difficile de résister. Worldwide, un très beau disque noise-rock qui a bien fait de se rappeler à mon souvenir. A se demander encore comment j'ai pu oublié ça...

:: download Worldwide LP

infos : 33 rpm, black vinyl. Matthias : Bass/Back. Voc. Ole : Guitars/Back. Voc. Popel : Drums Nic : Throat/Back. Voc. Recorded and finally mixed Feb. 1992 at Dead Eye Studio, omburg. Engineered by Stoffel, Thomas and P.D. Produced by Stoffel and P.D. Coverart : Party Diktator. Inner Sleeve Photo : Nicole B. Backcover Photo : Kai L.


 

Cherubs
Heroin Man - CD
Trance Syndicate records 1994
Short Of Popular - CD
Trance Syndicate records 1996
[posté le 09 janvier 2016]



Dans le grand Livre du noise-rock, l'album Heroin Man de Cherubs a une place de choix. Après avoir narré les aventures du trio texan lors de leur premier album Icing, il était donc largement temps de passer à cet incontournable album. Le gars dans la baignoire qui fait la baleine a plutôt l'air échoué mais ce disque est pourtant en haut de la vague noise-rock, celle dont le souffle et les embruns n'ont rien perdu de leur vigueur plus de vingt ans plus tard. A la sortie de Heroin Man, Cherubs a cependant explosé en plein vol après avoir trop fait comme le type dans la baignoire sans heureusement jamais complètement boire la tasse. Ce disque n'a donc jamais eu le même écho qu'un Total Destruction ou n'importe quel autre disque de Unsane à qui on les compare régulièrement et pourtant, Heroin Man les vaut tous. Cet album est donc devenu peu à peu mythique et l'enchaînement de tubes noise est sidérant. La basse est monstrueuse, les distorsions sont divines, la couche de bruit est de plus en plus épaisse jusqu'à l'implosion de Venus Flytrap, les gimmicks sont étonnement bien vus comme ces samples rigolos en boucle sur Baby Huey ou le piano sur Coonass (non, ce n'est pas un gros mot). Aussi à l'aise dans les attaques en piqué que dans les méandres de compositions plus lentes et vicieuses, les cinquante minutes se déroulent comme dans un rêve sans substance interdite. Un must.

:: download Heroin Man CD

infos : Recorded at Sweatbox Studio in Austin, Texas.






Cherubs est mort mais le corps bouge encore. Short Of Popular pourrait être vu comme une compilation mais sur les quatorze titres, seulement deux sont déjà connus, Carjack Fairy (irrésistible) et Dreaming (une reprise de Blondie) qui avaient fait les beaux jours de singles. Short Of Popular ne revoit donc pas sous tous les angles l'ensemble de la discographie de Cherubs (dont les faces B, voir les faces A restent à tout jamais inédites) mais alignent des morceaux sortis d'on ne sait où, des fonds de tiroirs qu'ils avaient très beaux et très bien fournis, des titres qui n'avaient pas eu le temps de voir la couleur d'un sillon, des démos qu'ils ont très bien terminées, bref, Short Of Popular peut être considéré comme un album à part entière, le troisième non officiel. Mais on s'en tape parce que Chanukka débarque et des pépites azimutées comme celle là, Short Of Popular en propose plusieurs comme Orange Julius, Hakkeboffer ou
Zip-Up Boots. Avec aussi des bizarreries (Sinatras, croonerie sous puissants psychotropes) et Chrome Can qui est comme le nom l'indique un hommage/reprise des deux groupes dont les noms servent de titre.
Cherubs était unique en matière de réglages sonores. Le mélange taux de distorsion/larsen/saturation/fuzz avec l'énorme basse, le chant trafiqué et le groove indécent est un cas d'école jamais égalé, un son bien à eux qui n'a pas pris une ride. Sur la pochette, il est écrit en sous-titre A good Life after Death begins with Cherubs. Ils ne croyaient pas si bien dire puisque 19 ans après, Cherubs allait ressusciter.


:: download Short Of Popular

infos : Cherubs thank Diane Whitley for her love and dogged support and King and Craig and Harry Wilson for the guitar solos on Orange Julius and Shaft Coat and Heyd Fontenot for this still shot from his movie "Nobody's Children"
The Fab Jerry and Diane Tubbs at Terranova for mastering the loudest, obnoxiousest recording in recent music history and Walton Rowell for mega-video and electrical support and the hard working producers, key grips and engineers that keep the duct-taped, vise-gripped world going around, & Justin McCoy, & Miss Pork Mary, and "G", Dorothy and ask Brent for the rest !

 

Laddio Bolocko
Strange Warmings Of - CD
Hungarian records 1997
In Real Time - CD
Hungarian records 1998
As If By Remote - CD
Hungarian/AGOG records 1999

[posté le 22 décembre 2015]



Alors que No Quarter records publie ces jours-ci un triple album vinyle (accompagné d'un DVD) de différents concerts de Laddio Bolocko, retour sur la discographie du groupe new-yorkais qui comporte en tout et pour tout trois disques, réalisés à chaque fois assez confidentiellement par leurs propres soins et à tirage limité.
Si Laddio Bolocko avait excité à l'époque le Landerneau noise-rock, c'est parce qu'il avait derrière la batterie le même type qui avait subliment saccagé son instrument au sein de Dazzling Killmen, l'incommensurable Blake Fleming. Il était accompagné du bassiste Ben Armstrong, du guitariste Drew St. Ivany et du saxophoniste Marcus DeGrazia. A l'époque, il avait été dit que DeGrazia avait participé à l'album Lost Nation Road de Craw mais à regarder de beaucoup plus près, il est écrit Marcus Rosinski sur les crédits du deuxième album de Craw. Mais parait-il que c'est le même. Peut-être s'est-il marié entre temps ?!
Mais Laddio Bolocko n'est pas Dazzling Killmen. Sauf dans la démesure, la frénésie et l'intensité. Dans le rendu, c'est une musique expérimentale, libre, orgiaque, aussi déstructurée qu'elle fonce dans le tas avec tout le savoir-faire de quatre musiciens pour agencer merveilleusement bien l'impossible, rendre ces coups de butoirs aussi oniriques que violents, un groupe pouvant se montrer avenant et déstabilisant dans le même morceau. Ce premier enregistrement est le plus représentatif de la transe dont était capable Laddio Bolocko, mon petit préféré même si les suivants possèdent de beaux arguments. Et n'ayez pas peur des trente-quatre minutes du dernier titre (Y Toros), du blanc vient reposer vos tympans en plein milieu. Pour cinq petites minutes.

:: download Strange Warmings Of CD

infos : staple cardboard sleeve. Blake Fleming, Ben Armstrong, Drew St. Ivany, Marcus DeGrazia.





Pour leur deuxième enregistrement, les cinq titres de In Real Time, Laddio Bolocko freine légèrement ses ardeurs, donne de l'air à ses compositions mais la nervosité reste palpable. De Beatrice The Coyote à In Search Of Bolocko, on trouve un groupe en pleine possession de son art, de sa liberté de gambader là où bon lui semble, avec un espagnolade grésillante (Wallkill Creek Survival) à la Brise-Glace/Jim O'Rourke, une grande inventivité et richesse rythmique, un peu de légèreté et de mélodie malgré le sous-titre de Laddio's Money qui est Death of a Popsong, une belle chevauchée entre krautrock et psychédélisme urbain avec les dix minutes de The Going Gong et la fin planante/jazzy mais pas chiante de In Search of Bolocko. Ce groupe était capable de tout. Et surtout du meilleur.


:: download In Real Time CD

infos : Blake Fleming, Ben Armstrong, Drew St. Ivany, Marcus DeGrazia. All Songs Performed, Recorded and Balanced by Laddio Bolocko.





Le dernier disque de Laddio Bolocko est aussi le plus court. Cinq titres comme le précédent mais un bon quart d'heure en moins. As If By Remote est aussi le plus coulant, emprunt d'un feeling jazzy et d'un esprit expérimental accentué. Mais c'est toujours réalisé avec beaucoup d'à-propos, de finesse et d'une recherche sonore pertinente. Le saxo se fait mélodique, les triturations s'épanouissent dans le dédale de structures mouvantes, les samples enrichissent les morceaux et As If By Remote nous fait léviter dans un délicieux monde parallèle sans forcer.
Après ces trois disques, ce sont des souvenirs de concerts qui remontent à la surface. Au Confort Moderne de Poitiers et dans la foulée, au Jardin Moderne de Rennes en 2000. Les souvenirs sont lointains sauf celui d'un guitariste tête à claques avant et après le concert (qui formera ensuite les surcotés Psychic Paramount) et des yeux qui ne roulaient que pour l'impressionnant et rayonnant Blake Fleming.
Toujours en 2000, Hungarian records a regroupé In Real Time et As If By Remote sous le nom de As If In Real Time. Quant à No Quarter, toujours dans les bons coups, ils ont compilé les trois disques en un double CD sous le titre de The Life & Times of Laddio Bolocko en 2003.

:: download As If By Remote CD

infos :
St. IvanyDeGraziaFlemingArmstrong. Composed, Recorded, Balanced by Laddio Bolocko.



>> next