Dernières chroniques | Recent reviews
posté le 29 juin 2016
Verdun
The Eternal Drift's Canticles – CD
Head, Throatruiner, Lost Pilgrims 2016

Verdun à Montpellier. Quand le sud entre en guerre. Ou te rentre dans le lard, tout simplement et en toute amitié. Le quintet héraultais sort son
>>
posté le 28 juin 2016
God Bows To Math
Brighter Futures – LP
Muzai 2015


Ce disque aura mis un temps infini à traverser les océans. Muzai records a pourtant une antenne délocalisée en Angleterre mais il semble plus
>>
posté le 27 juin 2016
Storno.
Wellness – CD
Salon Alter Hammer/X-Mist 2016


Storno. Une histoire 100% allemande. Avec un point à la fin. Alors que c'est le début. Premier album avec le bassiste (Denis Erath) des grandioses
>>
The Kandinsky Complex/Crippled Old Farts
split – 10''
Rejuvenation records 2016

Qu’est ce que ça peut être beau l’amitié quand même. Et l’histoire de ce disque l’est tout autant. Je vais vous la faire en version courte mais ce sont
>>
posté le 21 juin 2016
Arbor Labor Union
I Hear You – 2xLPs
Sub Pop 2016

Arbor Labor Union a réalisé début 2015 un premier album, Sings For You Now, sous le nom de Pinecones. Heureusement, ils ont eu la bonne
>>
posté le 20 juin 2016
Big Ups
Before A Million Universes – LP
Tough Love 2016

Si le précédent disque des New-Yorkais de Big Ups penchait du coté hardcore-emo cher aux groupes de Dischord records, il était assez difficilement >>

posté le 19 juin 2016
Far Corners
s/t 12''
Limited Appeal 2016


C'est tout ce dont t'as besoin. Une bonne canicule pour transpirer sous le perfecto, un métro vide fonçant dans une merde noire, des hordes
>>
posté le 18 juin 2016
posté le 17 juin 2016
Future Of The Left
The Peace & Truce Of Future Of The Left – LP
Prescriptions 2016

C'est déjà le cinquième album de Future Of The Left, sans oublier un live, des mini-albums, pléthore de singles. Et toujours pas la moindre ligne sur
>>
posté le 16 juin 2016
[peru]
Krew 7''
Antena Krzyku Records 2016
Ktos Z Nich – LP
Extinction, DIY Kolo, Black Wednesday, Antena Krzyku Records 2013

Peru n'a pas été découvert par les conquistadores de Francisco Pizarro mais par le split avec Buzz Rodeo. C'était il y a trois mois à peine et ce Peru là vient de Pologne. Un Peru qui s'écrit normalement entre crochet [peru] mais qu'il ne faut pas mettre entre parenthèses tant leur discographie mérite le détour. A commencer par Krew, leur tout nouveau 45 tours. Le taureau sur la pochette n'est pas
>>
why+the+wires
Flame Failures – LP
Jetsam Flotsam, One Percent Press 2015

why+the+wires sort des albums depuis 2009. Flame Failures est déjà le quatrième. Et la discrétion doit être leur point fort. Strictement jamais entendu
>>
posté le 14 juin 2016
Private Room
Life Com 7''
Iron Lung 2016


Les murs sont tombés. Walls était ce fantastique groupe qui avait sorti un disque essentiel en 2012, The Future Is Wide Open. Désormais, ce futur
>>
Drose
Boy Man Machine – LP
Orange Milk 2016

C'était à se demander si un jour Drose allait donner une suite à leur premier single. Quatre années pendant lesquelles le trio de Columbus avait
>>
posté le 13 juin 2016
General Men
s/t 7''
Crinkle Cut 2016

General Men a fait ses premières armes avec un album qui ne s'écoute que sur leur site. Pas de disque, pas de chocolat. Il avait été évoqué
>>
posté le 11 juin 2016
202project
Les Cendres Et Le Vent – CD
202prod. 2016

Encore une fois j’ai largement attendu avant de me décider à enfin chroniquer ce disque de 202project. On ne se refait pas : j’avais beaucoup trop
>>
posté le 10 juin 2016
Behavior
375 Images Of Angels – LP
Iron Lung 2016

Iron Lung records a toujours eu une idée assez large de la musique saturée qu'il veut proposer. Du hardcore toutes tendances confondues au
>>
posté le 09 juin 2016
Ex Nerven
The Critique – LP
Fidel Bastro 2015

Ex Nerven ne s'est pas toujours appelé ainsi. Le trio de Sarrebruck avait publié en 2012 un album (Die Die Die) sous le nom de Nerven. Mais à force
>>
posté le 08 juin 2016
Nailhouse
s/t 7''
Hope Followed By Despair 2016

Empire morbide et archaïque où le détritus est roi. L'heure zéro des destinées. Nailhouse débarque sans annonce, espace premier avec un single et
>>
posté le 07 juin 2016
The Conformists
Divorce – LP
Aagoo 2016

C'est un peu, toujours, beaucoup la même chose avec un album de The Conformists. Six ans que le groupe de St Louis n'avait rien foutu. On les
>>
posté le 06 juin 2016
Throat/Hebosagil
Split 7''
Kult Of Nihilow 2016


Les enfants terribles du noise-rock finlandais toujours unis pour le meilleur et le meilleur. Point de pire, mot absent de leur vocabulaire. Throat et >>
Die Nerven
Out – LP
Glitterhouse 2015


Ce n'est pas que ce disque avait été oublié à sa sortie en fin d'année dernière, c'est juste qu'il a mis beaucoup de temps à mûrir dans les esgourdes. >>
posté le 02 juin 2016
The Hand
You Weren't There Vol. 1, Live at Grumpy's - 7''
Amphetamine Reptile 2016

The Hand pris la main dans le sac. Ils avaient promis de ne pas faire de disque, c'est encore écrit sur leur site et voilà que The Hand sort un single. Et pas
>>
posté le 01 juin 2016
Frana/Opiliones
Split 7''
Frammenti Di Un Cuore Esploso, Munich Punk Shop, Antena Krzyku 2016

Un split single très homogène. Pas seulement en qualité mais dans le genre musical pratiqué. Un
>>
posté le 31 mai 2016
Sin Motivo
El Desierto - LP
Erste Theke Tonträger 2015

Sorti en fin d'année dernière sur le label allemand Erste Theke Tonträger, El Desierto est le premier album de Sin Motivo, groupe texan (Forth Worth
>>
posté le 30 mai 2016
The You And What Army Faction/Rita Mosss
Split 7''
SweetOhm records 2016

C'est un grand plaisir de retrouver les Grecs de The You And What Army Faction. Leur précédent album nous avait pris par surprise. Il était intéressant
>>
Le Cercle Des Mallissimalistes
Bélibaste De Cocagne/Le Moire - LP
Les Potagers Natures, Kythibong, Et Mon Cul C'est Du Tofu ? 2015

Il n'est jamais trop tard pour parler d'un disque. Jamais. Un an que ce disque a vu le jour. Un an
>>
posté le 29 mai 2016
Gentle Veincut/Poutre
split – 12''
Amor Komma/Assos’Y’Song/Boom Boom Rikordz/Day Off/Et Mon Cul C’est Du Tofu/Gabu Asso/Katatak/Rejuvenation/Whosbrain 2016

Rentrons tout de suite dans le vif du sujet. >>

posté le 28 mai 2016
Cherubs
Fist In The Air – 2x7''
Brutal Panda 2016

Le retour des Cherubs l'année passée avait été plus séduisant dans l'idée que dans les faits. L'album 2 Ynfynyty n'avait pas soulevé d'enthousiasme
>>
posté le 26 mai 2016
Burlap
Burnout King – LP
Trait/Blackwire 2016

Burlap, ça sonne comme du verlan ou l'expression d'un problème digestif alors que ça signifie toile de jute. Ça tombe bien parce que dans Burlap, on y
>>
posté le 25 mai 2016
Making
Highlife - LP
Trait 2015

C'est l'histoire d'un disque qui a mis un temps infini à traverser les océans et d'un label qui semble ne pas avoir envie de vendre ses productions.
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 29/06/2016
<25|06|2016>
Ce n'est qu'un projet solo pour l'instant d'un anciem membre de Dirdrinker. Le recrutement d'un véritable groupe est en cours mais en attendant, ces trois morceaux de Disastronaut sont tout sauf un désastre. Punitif et nihiliste noise-rock. N'oubliez pas de tirer la chasse d'eau après.



The Art of Losing (+)
Brainiac
Superduperseven - 7''
Limited Potential records 1992
[posté le 28 juin 2016]



Ce modeste zine n'a jamais été un grand fan de Brainiac. Aucun de leurs trois albums sur les étagères. Par contre, ce single Superduperseven datant de 1992, juste avant le premier album Smack Bunny Baby en 93, a toujours eu la cote. Pourtant, pas grand chose le diffère de l'album. On y retrouve même un titre en commun, le dénommé Ride. Et c'est vrai que, allez avouons le, Smack Bunny Baby comporte ses bons moments. Mais la durée d'un single était idéale. Toute la folie de Brainiac sans l'agacement qui peut peut arriver sur plus long. Superduperseven garde encore les pieds dans le rock et le jus noise, bizarroïde et acide juste ce qu'il faut avec ce moog perturbateur d'ondes et de structures. En plus, ce single comporte deux titres inédits dont l'avantage principal est qu'ils sont excellents. Superdupersonic qui, comme son nom l'indique, va à tout berzingue, porté par la voix trafiquée du charismatique chanteur Timmy Taylor. Quant à Simon Says, il s'étale sur sept minutes sur toute la face two. L'expérimentation sonore, les dérèglements, à deux doigts du chaos et sauvé par un instinct de survie unique qui avait fait rencontré par je ne sais quel miracle l'espace de trois morceaux la face déjantée du rock et sa maîtrise du temps et du rythme lui conférant un cadre à peu près compréhensible. Comme un Polvo sous speed et plus bruyant ou Bakamono, autre groupe extraverti qui n'aimait pas faire comme tout le monde. L'histoire de Brainiac s'arrêtera brutalement le 23 mai 1997. Tim Taylor trouva la mort dans un accident de la route alors qu'il se rendait au studio pour enregistrer le quatrième album prévu sur une major.

:: download Brainiac 7''

infos : black vinyl, 33 rpm. Michelle - guitars. Timmytaylor - vocals, moog. Tyler - drums. Monasterio - bass. Produced by Tim Berger - Design by Charlie Becker.

 
Jaks
Here Lies The Body Of Jaks - CD
Three One G records 2005
[posté le 18 juin 2016]



Le testament de Jaks que Three One G records a eu la très bonne idée de coucher sur un CD en 2005 et regroupant la maigre discographie de Jaks. Mais tout est là. Les deux singles, l'album Hollywood Blood Capsules. Rien, strictement rien à jeter. Le reste de l'histoire, malheureusement trop courte, se raconte par .

:: download Jaks CD

infos : Jessica Ruffins, Sean Antanaitis, Katrina Ford, Shawn Gates. Tracks 1-2 : Damn Bloodsucker 7'', recorded by Steve Albini 1995. Tracks 3-13 : Hollywood Blood Capsules album, recorded by Steve Albini 1994. Tracks 14-17 : Five-Nine 7'', recorded by Jeff Bennington 1993.



 
Bush Tetras
Boom In The Night (Original Studio Recordings 1980-1983) - LP
ROIR 1995/2003
[posté le 09 juin 2016]



You can't be funky if you haven't got a soul. Les paroles de Bush Tetras résument très bien la musique du groupe new-yorkais. Ça peut se danser mais ça va bien plus loin que des mouvements corporels incertains accompagnés d'un peu de sueur. Derrière les rythmes entraînants coulent l'acidité et les écorchures d'une guitare, des textes politiquement engagés, la profondeur et la froideur d'un post-punk qui avait autant de corps que d'esprit.
Catalogués no-wave car ils venaient de New-York et ont évolué à la même époque que DNA, Mars ou Teenage Jesus and The Jerks, Bush Tetras étaient pourtant bien différent. Funk donc mais joué par des blancs donc tendance déviante, post-punk comme Gang Of Four, noise, dub, no-wave aussi un peu certes mais surtout précurseurs de toute une scène à venir (les Riot Grrrls, les groupes dans la lignée de Erase Errata ou des groupes plus obscurs comme Logikparty et tout le revival post-punk qui leur doit beaucoup). Bush Tetras n'as pas eu le même succès que les Slits et autres groupes punk ou no-wave mais leur influence est certaine.
Un groupe au trois-quart féminin avec Pat Place à la guitare (une ancienne James Chance and The Contortions), Laura Kennedy à la basse (décédée en 2011), Cynthia Sley au chant et le batteur Dee Pop. Leur période dorée, c'est 1980-1983. Soit exactement l'époque couverte par cette compilation Boom In The Night. Bush Tetras n'a jamais sorti d'albums pendant ce court laps de temps. Seulement trois formats courts. On les retrouve ici dans leur intégralité, à savoir le single 3 titres Too Many Creeps en 1980, le single 2 titres Things That Go Boom In The Night en 1981 ainsi que les 4 titres du maxi Rituals en 81. La compilation est agrémenté de cinq inédits tirés de deux sessions d'enregistrements qui ont de démo que le nom tant la qualité est au rendez-vous. Une session en septembre 82 avec trois titres (Moonlite, Dum Dum et Stand Up And Fight) et l'autre en avril 83 avec les deux morceaux Who's Gonna Pay et It's So Weird. Vous avez ainsi un album parfait et à part entière de la quasi intégralité de l’œuvre de Bush Tetras.
Tous les tubes y figurent. Das Ah Riot avec sa ligne de basse à rendre vert de jalousie The Chinese Stars. Too Many Creeps, Cowboys In Africa, le plus funky d'entre tous et bien nommé You Can't Be Funky, l'irrésistible et plus grave Things That Go Boom In The Night ou le plus sombrement envoûtant Rituals. Des rythmiques de feu, aussi entraînantes que cassantes. Une guitare piquante et élastique donc chaque arpège et motif font mouche et la chant de Sley mordant et harmonieux.
Après avoir navigué dans différents projets, les membres de Bush Tetras sont revenus dans le circuit bien des années plus tard avec deux albums. Beauty Lies en 1997 et Happy en 2012. Mais ça c'est une autre histoire et je n'ai pas envie de la raconter car elle musicalement pas belle du tout. D'autres compilations existent également avec des inédits plus obscurs, des live, des démos, ainsi que Wild Thing, une cassette éditée par Roir en 1983 et consistant en un concert au CBGB. Groupe culte.


:: download Boom in the Night LP

infos : 33 rpm, black vinyl, no insert. All songs performed by Dee Pop on drums, Laura Kennedy on bass, Pat Place on guitar, and Cynthia Sley on vocals, except * (Don Christenson on drums, Bob Albertson on bass, Pat Place on guitar, and Cytnhia Sley on vocals. Album Design Concept & Art - Stephen Singer; Album Design - PushingVision; Photos Credits : Pat (Guitar) - Buto, Dee (Drums) - Stephanie Chernikowski, Cynthia (Vocals) - Stephanie Chernikowski, Laura (Bass) - Janet Callahan; Sticker correction : Laura (Bass) photo taken by Lisa Genet.

 

Bodychoke
Completion - CD
2nd Floor Mafia Productions 2004
[posté le 21 mai 2016]



Bodychoke bonus. Derrière cette pochette extrêmement sobre se cache une compilation qui n'en ait pas vraiment une. Six ans après leur ultime album Cold River Songs et cinq ans avant sa réédition, Kevin Tomkins et Paul Taylor, les deux guitaristes et chanteurs de Bodychoke, sortent Completion. Un recueil de morceaux inédits restés au stade de démos, des travaux inachevés mais aussi des versions différentes de titres figurant sur les précédents albums. C'est le cas de The Red Sea (Original Version) qui se voit raccourcir de neuf minutes par rapport à la version sur Five Prostitutes. Par contre, The Delivery Man gagne cinq minutes au compteur et
Living With Pain est présenté dans sa version démo. Quant à Cold River Song, c'est uniquement l'introduction, tout en intenses fritures et complainte de violoncelle, n'ayant rien à voir au final avec le morceau du même nom. White Light Killer, Woman Unkind et Trial étaient trois beaux inédits à l'époque de Completion mais ces morceaux se sont retrouvés sur la réédition de Cold River Songs. Ce qui nous laisse quatre purs inédits qui sont bien plus que du simple remplissage : Red Dog, Cruelty, Unfortunate Child et Completion en deux versions, la First et la Second ! Tomkins et Taylor ont gardé volontairement la nature brute et revêche de ces versions. De quoi satisfaire tous les insatiables de Bodychoke. Ils n'ont hélas jamais été très nombreux. Il n'est jamais trop tard pour les découvrir.

:: download Completion CD

infos : Compiled by Paul Taylor and Kevin Tomkins. This CD contains tracks originally recorded as works in progress not intended for general release. Mastering was done in such a way to preserve the raw nature of the original material.

 
Bodychoke
Cold River Songs - CD
Relapse records 1998/2009
[posté le 13 mai 2016]



Le troisième et dernier album de Bodychoke est sorti à l'origine en 1998 sur Purity records. Relapse l'a ressorti des oubliettes en 2009. Lui et uniquement cet album. Les deux précédents albums (Mindshaft et Five Prostitutes), difficilement trouvables désormais, auraient mérité un sort identique. Mais Cold River Songs est considéré comme le must des Anglais. On ne peut pas totalement donner tort à Relapse même s'il faudra un jour s'occuper du sort des deux autres. L'artwork est différent. Le nombre des morceaux aussi. Relapse a rajouté trois titres aux six d'origine. Trois titres pas totalement inédits puisqu'on les retrouvait sur Completion, une sorte de compilation de démos publiées en 2004 et dont il sera question plus tard.
Pour cet ultime album remastérisé en 2009, un nouveau batteur débarque, Manu Ross, qui fera les beaux jours ensuite de Giddy Motors. Ce qui ne change pas foncièrement la donne. Mais sur ce troisième album, Bodychoke a trouvé la formule sacrée. Tous les éléments se mettent merveilleusement en place.
Bodychoke ressert le propos, ce qui n'empêche pas les longues compositions, et frappe au coeur de la douleur. Tout est plus dur, cohérent, martial, sonne juste sans en rajouter et les morceaux grimpent d'un bon degré dans la qualité. Swans s'agite toujours en fil rouge d'ambiances pesantes, symphoniques, dramatiques, mais Bodychoke prend définitivement son envol sur des titres somptueux comme Control, les dix minutes de Cold River Song, les répétitions qui mènent à la transe rimant avec souffrance. Les paroles qui apparaissent sur la réédition ne laissent pas la place à la détente. You'll die for my pleasure. You'll give me your life. Die. Die. Kevin Tomkins articule chaque syllabe. Murmure, hurle. Ou chante dans un calme inquiétant sur le mélodique et faussement apaisant Ideal Home quand on s'intéresse de plus près aux paroles. Les onze minutes et quelques du grandiose Aftermath concluent un album dont on se demande encore pourquoi il est passé si inaperçu. Près de vingt ans plus tard, il est toujours aussi pertinent et subjuguant. A découvrir absolument.

:: download Cold River Songs CD

infos : Kevin Tomkins Vocals and Guitar. Paul Taylor Guitar and Vocals. Gary Kean Bass. Mike Alexander Cello. Manu Ross Drums. Recorded and Mixed by Kevin and Howard at River Studios, London 1997. Remastered by Mick Mullin at Super 8 Studios. Package Design by Orion Landau.








>> next