Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 24 juin 2017
UT
- CD
Taxi Driver/Marsiglia 2017

Retour des Italiens de Ut avec dans la besace un deuxième album qui la joue grecque. Le nom de leur deuxième album se dit Delta Gamma Epsilon >>
publié le 22 juin 2017
Action Beat + G.W. Sok
The World Is Fucked But I Feel Fine – LP
Psych.KG records 2017


Ce n'était donc pas le projet d'un seul disque. Le collectif anglais Action Beat en remet une couche avec notre hollandais préféré G.W. Sok. On >>
publié le 21 juin 2017
No Balls
More Is More – LP
8mm records 2017

Sept ans que No Balls n'avait pas sorti de disques. En vinyle uniquement. Parce que les Suédois sont loin d'être restés inactifs depuis 2010. Un
>>
publié le 20 juin 2017
USA/Mexico
Laredo – LP
Riot Season 2017

Avec Craig Clouse (Todd/Shit And Shine) à la guitare, Nate Cross (When Dinosaurs Ruled The Earth) à la basse et King Coffey, batteur
>>
publié le 19 juin 2017
Behavior
Bitter Bitter – LP
Iron Lung 2017

La première expérience avec Behavior n'avait pas été concluante. N'écoutant que notre courage, l'expérience est à nouveau tentée avec
>>
publié le 18 juin 2017
Housewives/Massicot
Split 7''
Blank Editions/Et Mon Cul C’est Du Tofu ?/Hands In The Dark/Harbinger Sound/Red Wig records 2017

Sur le papier ce split single a tout du miracle puisqu’il réunit deux groupes particulièrement
>>
Oxbow
Thin Black Duke – LP
Hydra Head 2017

C'était écrit dans les gênes d'Oxbow. La suite logique de The Narcotic Story et d'une discographie entamée en 1989. Un album encore plus
>>
publié le 17 juin 2017
Brainbombs
Inferno - LP+7''
Skrammel 2017

L’annonce aussi soudaine qu’inattendue d’un nouveau Brainbombs avait de quoi surprendre son monde, tant les Suédois nous avait >>
publié le 14 juin 2017
Buzzøøko
Giza – LP
Retrovox 2017

L'Italie a toujours été un très bon pourvoyeur de groupes noise-rock s'inspirant de la scène de Chicago, Jesus Lizard en tête, forcément.
>>
publié le 13 juin 2017
Jim And The French Vanilla
Afraid Of The House – LP
Dirtnap 2017

Les incorrigibles frères Blaha. Ils ont beau se cacher sous différents patronymes, ils sont à chaque fois démasqués. A croire qu'ils ont des
>>
publié le 12 juin 2017
Sex Swing
s/t LP
The Quietus Phonographic Corporation 2016


La pochette est aussi dégueulasse que le nom du groupe fait miroiter un affriolant moment de voltige (on en apprend tous les jours). Au final,
>>
publié le 11 juin 2017
Acrylics
Despair 7''
Iron Lung 2017

Vous la sentez l'onde de bonheur qui parcours ce disque, cette main squelettique qui va vous choper par le colback et vous faire plonger avec
>>
Roht
s/t 7''
Iron Lung 2017

Ce disque est d'abord l'histoire d'une pochette. Un emballage noir immaculé avec Roht écrit noir sur noir en surimpression. Le problème est que
>>
Mozart
Nasty 7''
Iron Lung 2017

Mozart est loin d'être un groupe de virtuoses. Déjà, quand tes pseudos sont Wormhole, Idiot et Spoon, faut pas s'attendre à de la symphonie en
>>
publié le 08 juin 2017
Capaje
Redox – LP
Dead Stallion & The Battalion Million, Culpable, Monasterio de Cultura, Borx, Ojalá Me Muera, DIT, Discos Órbita, Ojalá Estë Mi Bisi 2017

Capaje est un trio espagnol originaire de
>>
publié le 07 juin 2017
Powerdove
War Shapes – CD
Murailles Music 2017

War Shapes est le quatrième album de Powerdove. Il était donc grand temps de s'intéresser de plus près à ce groupe franco-américain. Les
>>
publié le 05 juin 2017
Satan
Un Deuil Indien – LP
Deaf Death Husky/Throatruiner/Witch Bukkake records 2017

Je sens que le deuxième album de Satan va faire grincer quelques dents. Tout ça parce que
>>
publié le 02 juin 2017
The Somnambulist
Quantum Porn - CD
Slowing records 2017

The Somnambulist a été en sommeil pendant cinq ans mais c'est un retour avec un album dense chargé jusqu'à la gueule. Seize titres,
>>
publié le 31 mai 2017
Harpon
Béji – LP
Rejuvenation/Kaos Kontrol/Poutrage/Tandori/
Whosbrain 2017

Harpon est une arme, Harpon se jette, Harpon plante ses crochets et quand la proie est
>>
publié le 30 mai 2017
Mutton
Flyblown – 7''
Self-released 2015

Une petite vieillerie qui n'a que trois ans mais je ne voudrais pas que vous mourriez plus bêtes que vous n'êtes déjà. En plus, c'est une constance
>>
publié le 29 mai 2017
Come Holy Spirit
Grand Island – LP
Self-released 2016

Un groupe qui débarque sans crier gare, avec un premier album sorti en toute discrétion par ses propres moyens et qui vous apporte autant
>>
publié le 27 mai 2017
So Stressed
Please Let Me Know – LP
Ghost Ramp 2017

Ce nom leur va comme un gant. So Stressed. Je ne sais pas ce qui les stresse à ce point mais en tout cas, le trio de Sacramento a l'air
>>
publié le 26 mai 2017
Lardo
Sinking – LP
Alliterative Accord 2017

Sinking. Le titre du deuxième album de Lardo pourrait jouer l'oiseau de mauvaise augure. Mais de couler, il n'en est pas question. Au pire, Lardo
>>
publié le 25 mai 2017
Tombouctou
Ceiling Coast – LP
Carogna/Cheap Satanism/Atypeek records 2017

J’envie un peu les personnes qui vont faire la connaissance de Tombouctou avec ce premier disque. Et je sais qu’il devrait y avoir
>>
publié le 23 mai 2017
Orchestra Of Constant Distress
s/t LP
8MM records 2017

L'affiche est séduisante. Deux membres de The Skull Defekts (le guitariste Joachim Nordwall et le batteur Henrik Rylander), Anders "Drajan" Bryngelsson
>>
publié le 22 mai 2017
Bad Breeding
Divide – LP
La Vida Es Un Mus 2017

C'est à fond la caisse dévastant tout sur son passage que Bad Breeding nous avait quitté lors d'un premier album encore tout chaud. C'est
>>
publié le 20 mai 2017
Buzz Rodeo
Combine – LP
Antena Krzyku 2017

Juste avant ce nouvel album, Buzz Rodeo a connu un changement de personnel avec le remplacement du bassiste Christian Schanz par la bassiste
>>
publié le 18 mai 2017
Ex Fulgur
Noires Sont Les Galaxies – LP
Kerviniou/Le Secret/Detonic records 2017

Noires sont les galaxies et rouges sont les désirs. Ex Fulgur au poing lutte entre plusieurs univers, jaillit des tréfonds de la lumière et annonce des
>>
publié le 17 mai 2017
Drahla
Fictional Decision 7''
A Turntable Friend records 2017
Faux Text 7''
Too Pure records 2017

Drahla est un trio fraîchement débarqué d'Angleterre, Leeds pour être précis. Il débute dans la vie par la sortie quasi simultanée de deux singles, Fictional Decision sur le label allemand A Turntable Friend et Faux Text pour le Too Pure Singles Club. Une fille au chant, à la guitare ou à la basse (Luciel Brown), un gars au chant, à la guitare ou à
>>
USA Nails
Shame Spiral – LP
Bigoût records/Hominid sounds 2017

L’Angleterre a le vent en poupe : on ne compte plus ces dernières années les groupes qui débarquent de Londres (principalement) pour nous laminer
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 24/06/2017
<14|02|2017>
The Hand en pleine tronche. Une nouvelle fois. Ce trio avec un ancien Steel Pole Bath Tub avait déjà enthousiasmé les foules qui s'ignorent avec le single You Weren't There. Le Vol. 3 est aussi fabuleux. Les mélodies sont à tomber, la passion est à son comble, les chaussettes se portent bas. Ne manque plus qu'une sortie vinylique pour que le bonheur soit total. En attendant ce jour béni, abusez de The Hand, qu'importe le volume.



The Art of Losing (+)
Oxbow
Let Me Be A Woman - CD
Brinkman/Crippled Dixk Hot Wax records 1995
[publié le 19 juin 2017]



Pour toutes les personnes qui auraient découvert Oxbow avec Thin Black Duke, pour toutes les personnes qui auraient oublié comment sonnait Oxbow vingt ans plus tôt, Let Me Be A Woman est là pour vous rafraîchir la mémoire. C'était le troisième album d'Oxbow, l'album de la découverte personnellement et pour beaucoup de monde, l'époque de la première tournée en Europe et d'un concert en 1995 à Rennes dont les ruines des
Tontons Flingueurs se souviennent encore, l'album de la révélation, qui fait date et n'a pas pris une ride. On avait aussi oublié qu'à cette époque, le groupe de San Francisco aimait déjà s'entourer d'instruments autres que le traditionnel guitare-basse-batterie. Un harmonium, un saxophone, un violon, du piano, les percussions de Scott Kiehl (God), de l'accordéon et même deux chanteuses en plus pour seconder Eugene Robinson. Pourtant, avec Steve Albini aux manettes, Let Me Be A Woman sonne comme un album de noise-rock, loin des standards et des arrangements satinés dont Oxbow nous gratifie aujourd'hui. Il faut même tendre l'oreille pour entendre autre chose qu'une guitare plaquant des riffs de tueur, une batterie à contretemps sur une caisse claire qui claque, une basse fretless qui plombe et les jérémiades de Robinson dont la palette vocale n'était pas aussi variée mais qui faisait déjà peur, très peur. Et surtout, les six compositions qui durent longtemps sont monstrueusement bonnes. C'est bien simple, je n'arrive pas à me décider laquelle est la meilleure. 1000, The Virgin Bride et Gal possèdent un sacré caractère, Me And The Moon et Sunday donnent envie de se greffer des cornes de taureau et à la fin, les neuf minutes de The Stabbing Hand achèvent tout le monde. Niko Werner fait des miracles, la folie guette, c'est tortueux tout en étant ultra percutant, c'est douloureusement beau, ça ressemblait à aucuns des contemporains de l'époque et ça reste toujours aussi unique. Let Me Be A Woman, un fantastique coup.
A noter que sur la réédition de 2002 par le label parisien Ruminance, deux titres bonus figurent, Acker Sound/Read All Over et une autre version de The Stabbing Hand. Rien de prépondérant.

:: download Oxbow CD

info : Recorded by Steve Albini. Graphics by Jim Blanchard/Fantagraphics. Backgrounds by P. Bateman. Tech by Brinkman records. Choir Intransigent : Roderick Willey-pump organ/Jon Raskin-saxophone-appears courtesy of The Rova Sax Quartet/Jorjee-vocals-appears courtesy of Stone Fox/Claudia Herzog-violin/Sanxe Lovxa-vocals/ Cintra Wilson-piano/Scott Kiehl-percussion-appears courtesy of God/Gibbs-sequencing/Alicia Rose-accordion-appears courtesy of Miss Murgatroid.





 
Technician
Ted Serios - 7''
Tranquillity Base records 1998
Opposition - CDEP
Tranquillity Base records 2001

[publié le 10 juin 2017]



Pas la peine d'y aller par quatre chemins, Technician fait du Shellac. Sans peur et sans reproche. Mais en bons techniciens qu'ils sont, le trio de Pennsylvanie le faisait à merveille. A ce niveau là, il peut même prétendre au diplôme d'ingénieur, il l'aurait eu avec mention. Pour le premier album Electronic Conversations With The Dead publié en 1999, ce n'était pas encore ça. Raison pour laquelle les services Propagandes & Filouteries de P&F ne vous le proposent pas (avec un peu d'efforts, vous le trouverez par vous-même sur le net si le coeur vous en dit). Technician était encore apprenti et à vouloir s'enregistrer par soi-même, il est devenu sorcier et ce disque sonne comme une (mauvaise) demo dont les compos sont encore au stade du brouillon. A la fin de cet album se trouvent pourtant deux titres en bonus qui étaient sortis l'année d'avant sous format 45 tours. Avec un enregistrement dont vous trouvez tous les détails de fabrication et fermentation à la suite du lien de téléchargement. Ted Serios et The New Motor sont les noms de ces deux morceaux. En version single, ils tournent beaucoup plus rond. Et plus mieux. Sans que cela pète tout non plus. C'est donc du Shellac, jusque dans le break de Ted Serios qui pourrait rappeler Wingwalker mais Technician ne criait pas I'm a plane, ne se prenait sûrement pas pour quelqu'un d'autre, le faisait sans prétention, n'a jamais quasiment donné de concert, n'est jamais parti en tournée mais a dû prendre son pied à jouer cette musique au fond de son garage. J'aurais bien aimé être leur voisin.

:: download Technician 7''

info : 45 rpm. Technician is Ramona Pratt, Gregory Nangle and Ian Pitcher. These songs were recorded in February 1998 at The Crefeld School in Philadelphia, Pa. We recorded the songs on a 1/2 inch 8-track analog reel-to-reel. It's probably self-evident that our songs were recorded "live", with no overdubs. We really just pressed "record" and started playing. The songs were then mastered to 1/4 inch two track tape on a poorly calibrated, borrowed machine. These master tapes were rushed, with the aid of the ever humorless USPS to Nashville, Tennessee where George, the engineer from United Record Pressing patiently shaped them up and mastered them in preparation for vinyl. In all honesty, these songs were written during the period between 1996 to 1997, with "refinements" happening still to this day. If you happen to have the (rare) experience of seeing us live, you'll hear plenty of divergence from the recordings contained herein. Fred "The Indifferent Hungarian" Goodman was the person responsible for pressing the "record" button. Thanks to Fred and his fear of ridicule, the vocal levels are perfect. The importance of Fred should not be underestimated. The sleeves were printed at Futurama Press in Brooklyn, NY. Greg and Ian designed the sleeves using Adobe Illustrator 7.0 on an Apple Macintosh computer. The font used on the front is "progress" (good luck finding it) and plain-old "Courier" on the back. Real men use Macs or Unix.





Si vous deviez posséder un seul disque de Technician, c'est Opposition, modeste bout de carton pauvrement emballé et pressé à la demande. Tant qu'à faire du Shellac, autant aller enregistrer chez le maître. Steve Albini s'est donc occupé de tout et ya pas à sourciller, il connait son boulot. Opposition sonne d'enfer. Mais si Technician a pu prétendre à devenir ingénieur, ce n'est pas qu'une histoire de bons boutons et de position de micros. A l'époque, Shellac venait de sortir 1000 Hurts. J'échange tous les jours cet album mais aussi Terraform et Excellent Italian Greyhound contre Opposition. Technician a largement amélioré la qualité des compositions. Le premier titre Galileo est un hymne qui s'ignore. Avec cette petite pointe de mélancolie et de profondeur qui fait toute la différence. La grande classe. Allez savoir pourquoi, dans les six titres de Opposition, j'entends aussi du Austerity Program, et surtout des morceaux qui prennent de l'ampleur, un brin de complexité, des guitares sublimes, des lignes de basse dantesques et un savant savoir-faire pour amener l'auditeur vers la béatitude d'un style de musique très connoté mais tellement bon quand il est pratiqué à cette altitude. Un disque anecdotique certainement mais chic, le fait de gloire d'un groupe totalement anonyme mais qui a quand même bien fait d'essayer de faire entendre sa petite voix.

:: download Technician CD

info : Recorded January 2001 by Steve Albini at Electrical Audio Chicago, IL. | Mastered by John Golden | All songs by Technician | South is up, thanks for nothing. Ramona Pratt (drums), Gregory Nangle (bass guitar), Ian Pitcher (guitar)
 
Scumbait #1
Bastards-Pagans-Cows-Unsane NYC - 7''
Treehouse records 1989
Scumbait #2
Bastards-Drunks With Guns-Venom P. Stinger-feedtime - 7''
Treehouse records 1990

[publié le 28 mai 2017]



Treehouse records était un label - et est toujours un magasin de disques - de Minneapolis qui a sorti une trentaine de références entre 1985 et 1990. Beaucoup moins connu que le voisin Amphetamine Reptile, c'est pourtant sur Treehouse que deux groupes séminaux ont fait leurs débuts, Cows et Unsane, avant de justement passer chez Amrep. Et c'est sur Scumbait #1 que Unsane qui s'appelait encore Unsane NYC a inscrit sur un vinyle ses premiers émois noise, la même année que la publication du single This Town/Urge To Kill, toujours sur Treehouse. Le morceau d'Unsane NYC se nomme Burn. A l'époque, c'était un inédit et j'imagine la tronche des bienheureux qui se sont pris ce morceau d'Unsane dans la face : l'essence même d'Unsane, the best live band in New York City comme disait Gerard Cosloy (boss de Homestead records et co-propriétaire de Matador) à l'époque. Ce titre ouvrira la compilation Singles 89-92 sur Matador en 1992. Danny Is A Faggot des Cows est par contre un pur inédit ne figurant sur aucun autre enregistrement du groupe phare d'Amrep, compilations comprises. Tiré de la session d'enregistrement du 1er album Taint Pluribus Taint Unum, Danny Is A Faggot ne joue pas les petits bras et, de son groove et phrasé inimitable, a dû se faire recaler au tout dernier moment pour ne pas figurer comme un grand sur un album des Cows. Sur le verso de ce 45 tours, il est écrit que les fans des Bastards s'étaient demandés pourquoi Shuddup n'avait pas figuré au générique de leur premier album Monticello. Et c'est vrai qu'il est rudement bon ce titre sous titré You Like 'Dat. On aime ça, se faire maltraiter par ce noise-rock âpre qui donnera naissance plus tard à Janitor Joe. Pagans était les grands frères de ce disque. Un groupe de Cleveland, voisins de Pere Ubu, qui remontait les pendules du temps jusqu'en 1977. Et qui avait disparu de la circulation en 1979 avant de revenir épisodiquement les décennies suivantes donner des signes de vie et des concerts. Comme le 29 novembre 1986 à Minneapolis. Un album live (The Godlike Powers Of Pagans Live) avait été publié par Treehouse en 87 et Can't Explain, une reprise des Who issu de ce concert, a fini par échouer sur Scumbait #1. Ce single est une belle page d'histoire du noise-rock qui se mettait en branle.

:: download Scumbait #1 7''

info : 45 rpm, limited edition of 999 copies. Bastards : recorded and mixed February & March 1989 at Smart Studios, Madison. Engineered by Butch Vig. Produced by Butch Vig & the Bastards. Anthony Martin (bass, vocals); Joachim Breuer (guitar); Tommy Rey (drums). Cows : Recorded and micex June 1987 at Technisound Studios, Minneapolis. Engineered by Brian Paulson & Steve Bjorklund. Mixed by Brian Paulson. Shannon Selberg (vocals); Thor Eisentraeger (guitar); Kevin Rutmanis (bass); Sandris Rutmanis (drums). Unsane NYC : Recorded February 1989 at Fun City, New York City. Engineered by Wharton Tiers. Produced by Wharton Tiers and Unsane NYC. Chris Spencer (guitar, vocals); Pete Shore (bass); Charlie Ondras (drums). Pagans : Recorded November 1986 live at 7th Street Entry, Minneapolis. Mixed January 1987 at The Underground by Scott Tuttle. Michael Hudson (vocals); Mike Metoff (guitar, vocals); Tim Allee (bass); Bob Richey (drums).





En 1990, Treehouse remettait ça avec quatre groupes aussi alléchants que le premier volume. Bastards est toujours dans les mauvais coup avec Parade, le tout premier morceau que le trio a écrit. La mise en boite s'est faite sur un 4-track et c'est la meilleure prise que Bastards ait pu fournir. Je n'imagine pas la gueule des autres. Pour l'anecdote. L'Australie était à l'honneur de Scumbait #2. feedtime s'éclatait avec l'inédit Plymouth Car Is A Limousine qui sentait le cambouis et la ferraille. En 1990, feedtime n'existait plus mais Treehouse avait aussi craqué pour ce groupe : quite possibly the greatest band in the world from 1985 until their breakup in late 1988, and undoubtedly the best Australian band since AC/DC, if not of all time. C'est dit. Venom P. Stinger ne possède pas la même cote et pourtant, on est très fans par ici. Le titre que le trio offre pour Scumbait #2 s'appelle The Day Will Come et est issu des sessions d'enregistrement du 2ème album What's Yours Is Mine. Une belle prise. On termine avec les très vilains petits canards de Drunks With Guns. Leur morceau Drunks Theme n'est pas un inédit, faut pas trop leur en demander mais ce noise-rock de néandertalien trouve admirablement bien sa place sur ce bout de vinyle férocement revêche.

:: download Scumbait #2 7''

info : 45 rpm, limited edition of 1500 copies.


 

Regulator Watts
The Aesthetics Of No-Drag LP
Slowdime records 1997
[publié le 21 mai 2017]



Alors que le label espagnol BCore vient de rééditer la compilation The Mercury de Regulator Watts, l'occasion de revenir sur l'unique album du trio de Washington DC est belle. The Aesthetics Of No-Drag n'a jamais connu les joies de la réédition et ne pas le connaître serait criminel. Regulator Watts était un des projets issu de la dissolution de Hoover, groupe mythique de Dischord records. Joe McRedmond et Fred Erskine étaient partis former The Crownhate Ruin, le batteur Chris Farrall allait jouer dans The Sorts et Alex Dunham formait Regulator Watts. Rejoint par le batteur Areif Dasha Sless-Kitain et le bassiste Cret Wilson, ce groupe à la durée de vie très courte (1996-1998) a eu le temps de frapper durablement les esprits avec sa musique émotionnelle et explosive. Elle est typique de Washington DC et Dischord records en s'inscrivant dans une filiation Fugazi comme de nombreux groupes du label mais elle est aussi différente et unique. Entre la voix colérique, intense mais aussi distante de Dunham, son jeu de guitare qui pouvait aussi bien claquer des riffs précis, fougueux que dessiner des ombres et s'estomper dans un halo caverneux, une dynamique alternant les grands moments de tension et les parties plus flottantes ou mélancoliques, The Aesthetics Of No-Drag est un album riche et varié, tapant en plein dans le mille d'un punk-hardcore à fleur de peau avec des variations dub (False Idols et les lignes de basse en général) et une grosse poignée de titres inoubliables comme Mercurochrome, Halifax, Withchduck et The Ballad Of St. Tinnitus.
Si vous voulez prolonger le plaisir, il vous reste donc The Mercury réalisé à l'origine par Slowdime en 1998. Un CD regroupant le 12'' 4 titres The Mercury paru en 96, le single New Low Moline, le split single avec Stinking Lizaveta et six inédits. A noter que sur la réédition pour la première fois en vinyle de BCore, deux titres ont disparu (Vermilion et Hashknife Outfit) par rapport à l'original CD.

:: download Regulator Watts LP

info : 33 rpm, lyrics on printed inner sleeve. Recorded february 1997 with J. Carrera at Ben-Mar House Rabun County Georgia and april 1997 with G. Turner at WGNS Washington DC. Mastered and edited with A. Douches and G. Turner at West West Side. Graphic Art J. Farrell. Photographs P. Graham. False Idols sung by B. Sullivan. Watts systems limited A. Dasha Sless-Kitain, J. Cret Wilson, A. Timothy Dunham.




>> next