Dernières chroniques | Recent reviews
posté le 28 janvier 2015
Coastline Truckers
s/t CD
Honest House 2014

Coastline Truckers, c'est du belge et ça se consomme aux petits oignons. Un trio sans guitare mais avec deux belles basses et un batteur au
>>
posté le 26 janvier 2015
Bad Breeding
Burn This Flag 7''
Hate Hate Hate 2014
Chains 7''
Self-released 2014

Bad Breeding a tout de la nouvelle coqueluche d'outre-Manche. Groupe de la semaine du NME et groupe à suivre pour 2015, première partie en Europe à partir de février prochain de Royal Blood (nouveau duo qui crée le buzz, taillé pour les stades et bientôt dans toutes les pubs), multiples articles dans la presse généraliste dès le premier single dont une chronique dans les Inrocks qui les avaient
>>
posté le 25 janvier 2015
Arndales
Regional Treasure/Padded Posts 7''
In The Red 2014

À peine quelques mois après un premier six titres, les Anglais de Arndales reviennent avec un single deux titres. Deux inédits pas si inédits que ça
>>
posté le 23 janvier 2015
Milkilo
Ostéologie des Pères - CD
Vox Project 2014


Milkilo est un duo stéphanois qui propose sur leur premier mini-album d'étudier les os des pères. Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris. Ou alors c'est
>>
Ça
24615 – CD
Vox Project 2014

Ça fait du math-rock. C'est clairement annoncé dans l'énoncé. Ça le mérite de ne pas prendre en traître alors que le patronyme prête à confusion
>>
posté le 21 janvier 2015
Eastlink
Eastlink LP
In The Red 2014

Eastlink, c'est de l'Australien, encore et toujours, mais on ne saurait s'en lasser tant que la drogue est bonne. Ce deuxième album est également >>
posté le 20 janvier 2015
Vi ! Vi ! Vi !
s/t – LP
Acid Cobra/Bargraphe/Etienne Disqs/Tandori 2014

Je n’ai ni information sensible et intéressante ni scoop sensationnel à fournir au sujet de Vi! Vi! Vi!, si ce n’est qu’il s’agit d’un trio lillois et que le >>

posté le 19 janvier 2015
(New England) Patriots/Palberta
Special Worship – split LP
Feeding Tube 2014


Derniers-nés des cerveaux malades de (New England) Patriots, trois nouveaux titres étalant encore une fois tout leur savoir-faire après le >>
(New England) Patriots/Skimask
Apes Beneath The Valley of the Dolls – split LP
100% Breakfast 2014


Après Guerilla Toss, Boston accouche de deux nouveaux groupes joyeusement décalés et foutraquement noise. Des groupes où la basse a >>
posté le 17 janvier 2015
Old Man Gloom
The Ape of God I – LP
The Ape of God II – LP
Sige 2014


J'avoue avoir décrocher de Old Man Gloom depuis très longtemps. Depuis exactement leur troisième album Seminar II : The Holy Rites of Primitivism Regressionism en 2001. Et ne jamais avoir été assidu puisque déjà leurs deux disques précédents n'ont laissé aucun souvenir et les deux suivants (Christmas et Christmas I & II + 6 +Live in NYC) me sont totalement inconnus. Très mauvais élève. A tel point que la réactivation du projet OMG en 2012 avec l'album No après sept années de >>
posté le 16 janvier 2015
Conger ! Conger !
This Is A Black EP - CD
Self-released 2014

L'art du faux-semblant à Marseille, ça les connaît. Quand ils te disent que c'est tout noir, tout est blanc. Quand ils font croire que c'est un groupe
>>
posté le 15 janvier 2015
Flying Disk
Circling Further Down - CD
Vollmer Industries, Tadca, Rude Savona... 2014

Premier album pour ce jeune groupe italien originaire de Fossano, au sud de Turin. Un trio qui semble manger à plusieurs râteliers, ce qui n'est pas
>>
posté le 14 janvier 2015
Combineharvester
Brikks - CD
A Tree In A Field 2014

Combineharvester, c'est Marlon McNeill, soit également le boss de A Tree In A Field, label basé à Basel (où Bâle en français mais ça sonnait
>>
posté le 13 janvier 2015
Baptists
Bushcraft – LP
Southern Lord 2013

Difficile de le rater celui-là : un bon gros autocollant qui annonce la couleur au sujet de Bushcraft, premier album de Baptists… Quoi ? Tu l’as pas vu >>

Screen Wives
Women in Love - LP
SuperFi 2014

Bienvenue à Screen Wives dans cette nouvelle scène anglaise noise-rock toujours aussi vivace. Un trio avec un batteur et deux guitaristes dont un >>

posté le 12 janvier 2015
Five Dollar Priest
Eyes Injected With Love - LP
Bang! 2014

Vu d'ici, c'est à dire pas très haut mais quand même, Five Dollar Priest semble toujours ce groupe largement méconnu et >>
posté le 10 janvier 2015
Tendril/Godstopper
Split 7''
Anthems Of The Undesirable 2013

Deux groupes totalement inconnus de nos services jusque là. Godstopper, un nom qui suinte l'actualité et venant de Toronto et Tendril, un groupe de
>>
posté le 09 janvier 2015

Child Bite
Strange Waste – 2x7''
Housecore 2014

Still Fucked Up After All These Years. Aveu de Shawn Knight, seul membre d'origine de Child Bite, sur le titre et les paroles du premier des neuf >>

posté le 08 janvier 2015
Sister Iodine
Blame – LP
Premier Sang 2013

Je crois que j’ai laissé ce disque attendre un peu trop longtemps. Publié par le label Premier Sang comme ses deux prédécesseurs >>

posté le 06 janvier 2015
Magneto/Pylone
Split 10''
Nothing To The Table, Bruisson, Gabu, Day Off, Some Produkt, Vlad Tapes 2014


Quand un Magneto rencontre un Pylone, outre des gerbes d'étincelles, ça fait des disques. De >>
posté le 05 janvier 2015
Cheyenne 40
Cinquante – LP
Attila Tralala/Etienne Disqs/Love Mazout/Et Mon Cul C'est Du Tofu ?/Tandori 2014

Voici venu le temps des cris et des bilans, oui une année s’est achevée et une autre commence >>

posté le 03 janvier 2015
The Peep Tempel
Tales – LP
Wing Sing 2014


Tambour battant, Tales démarre par un Gettin' on By incendiaire, nous rappelant instantanément combien le premier album de The Peep Tempel >>
posté le 01 janvier 2015
Haunted Horses
Release 01 Fainting Room Triple-Six Series 7''
Fainting Room 2014


Les labels adorent les séries de singles. Il en existe bien sûr des très connus comme chez Amrep (Dope, Guns 'n Fucking in The Streets), Trance >>
posté le 31 décembre 2014
The Gary
Farewell Foolish Objects - LP+CD
Sick Room 2014

C'est déjà le cinquième album pour les discrets The Gary. Un trio d'Austin contredisant la légende voulant que tous les groupes texans possèdent
>>
posté le 29 décembre 2014
Thurston Moore
The Best Day – 2xLPs
Matador 2014

En 2011, l’annonce de la séparation du couple Kim Gordon/Thurston Moore et de la fin de Sonic Youth avait tout du non-évènement : le groupe était >>

posté le 21 décembre 2014
The Blind Shake
Breakfast Of Failures – LP
Goner 2014

Je ne sais pas comment fait The Blind Shake pour enchaîner les disques à cette vitesse (3ème album en quatre ans plus deux singles) mais je ne
>>
posté le 20 décembre 2014
Plèvre
s/t LP
Decibel For Us, Basement Apes, Division, Grains of Sand, Dingleberry 2015


Plèvre coupe le souffle. Les poumons volent en éclat, le cœur saigne à noir et la tête est une
>>
posté le 19 décembre 2014
Teenanger
E P L P - LP
Telephone Explosion 2014

Quatrième album en cinq ans pour Teenanger. Le Canadien ne chôme pas, même si cet album est, comme le suggère le titre, à mi-chemin entre le
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 28/01/2015
<10|01|2015>
Le Chemin De La Honte. Nouvelle entité de la secte connue sous le nom de Grande Triple Alliance Internationale de l'Est. Les deux membres de Delacave (Lily Pourrie et Seb Normal) plus deux autres membres à la guitare et la basse (ce qui fait deux basses en tout) pour encore plus de malaise, d'embrouilles et de taux de chômage galopant. Engagez vous sur Le Chemin De La Honte.


The Art of Losing (+)
Slug - Breathe The Thing Out 7'' - Sympathy For The Record Industry 1991
Slug - Hambone City 7'' - Sympathy For The Record Industry 1993
Slug - Rubberape 7''
- PCP Entertainment 1993
[posté le 26 janvier 2015]



Slug. On ne met jamais assez de Slug dans sa vie. The Out Sound et Swingers sont déjà passée au révélateur. La discographie du groupe a été sommairement commentée ici. Les services Sacerdoce & Matraquage de Perte & Fracas en rajoutent une couche avec les singles. Et des morceaux qui ne figurent pas sur les albums. Qui sont donc comme ainsi dire des inédits. Que vous n'entendrez pas ailleurs. Que c'est même pas la peine de chercher. Qui font la joie du geek et du névrosé. C'est pour cette raison que vous n'aurez pas droit au premier single Sore Thumb puisque les quatre titres se retrouvent en intégralité sur Swingers. Cela aurait également pu être le cas pour Breathe The Thing Out. Sur les trois titres, Break Neck figure aussi sur Swingers. Go Tell aussi mais sur Swingers, Go Tell est suivi du mot Version entre parenthèses car l'enregistrement est légèrement différent avec comme des samples/bruitages en plus dans le mix. Par contre, la face A Breathe The Thing Out n'est pas sur Swingers et là, c'est le gros lot. Car non seulement on ne le retrouve nulle part ailleurs mais c'est un des tout meilleurs morceaux de Slug. Une explosion continue, la musculation des mâchoires, le coup de baguette magique d'un rythme inoubliable. Et comme les deux autres titres de la face B sont aussi bons, cela fait un single noise-rock obéissant aux lois d'une métaphysique absolue dont le nom est Classique.

:: download Breathe The Thing Out 7''

infos :
black vinyl, 45 rpm, violet vinyl. Produced by Reginald Barnes. Engineered by Hammer. Recorded at Surrogate Spike, Los Angeles CA, Sept. 1991. Slug appears through an agreement between SFTRI and Magnatone Products.





Les deux singles suivants sont indissociables. Enregistrés le même jour, quasi 22 ans jour pour jour, le 30 janvier 1993 par Reginald Barnes, le gars qui a enregistré tous les disques de Slug. Ou presque. Si King Of Ghosts figure en bonne position sur The Out Sound, Hambone City n'a jamais été voir plus loin et pourtant, c'est encore du Slug du haut vol. Chanteur qui hurle Goddamn Dogs à la première seconde d'un morceau qui ne lâchera jamais sa proie. Guitares en retrait, basse et batterie en avant pour encore plus de groove malsain et de torsions des cervicales. Quant à King Of Ghosts, il a été réenregistré pour The Out Sound dans une version encore plus bruyante, saignante et mordante. Encore un single à chérir près de la cheminée.

:: download Hambone City 7''

infos :
black vinyl, 45 rpm. Produced by Reginald Barnes. Engineered by Tom Grimley at Poop Alley Studios. Recorded 01-30-93. Mixed 02-06-93.





Publiés donc en même temps que Hambone City, les deux titres de ce single n'ont jamais été réenregistrés pour d'autres disques de Slug. Rubberape est un irrésistible morceau à faire danser comme un singe. Slug a toujours été très fort pour asséner des rythmes qui font danser le noiseux mais là, ils se surpassent. Danser sur Slug reste toutefois un exercice périlleux. Sur Seitenwagen, Slug a enregistré la conversation téléphonique d'un certain Daniel Rohnert, a ramoné sévère à l'arrière avec des bruits de percussions métalliques, des guitares sortant de la forêt noire, le chant de Steve Ratter pour une brève gueulante et le tour était joué. Et encore un grand single, un !

:: download Rubberape 7''

infos :
black vinyl, 45 rpm, label promo insert. Produced by Reginald Barnes. Engineered by Tom Grimley at Poop Alley Studios. Daniel Rohnert phoned on Seitenwagen. Recorded 01-30-93. Mixed 02-06-93.

 
No Trend - Too Many Humans... LP - L'Invitation Au Suicide 1984
[posté le 12 janvier 2015]



Quoi de mieux pour souhaiter la bonne année - qui plus est, un début d'année légèrement mouvementée - qu'un disque intitulé Too Many Humans...
Joie de recevoir, plaisir d'offrir, No Trend était une verrue dans le pied de la scène hardcore. No Trend. Aucune tendance. Ne suivre aucune mode, aucun mouvement. N'en faire qu'à sa tête, prenant à la lettre la doctrine hardcore, la poussant dans ses derniers retranchements et la recrachant à la gueule de tous ces groupes hardcore conformistes devenus tout ce contre quoi ils auraient dû lutter, les faisant se miroiter dans leur propre suffisance et leur absence de personnalité criante.
Quand la majorité de la scène hardcore refusait l'alcool, les drogues ou le sexe, No Trend écrivait des titres comme Mass Sterilization Caused By Venereal Disease. No Trend ne respectait rien, se foutait allègrement de la scène hardcore/punk avec au premier rang Ian Mackaye et sa clique de Minor Threat, pour un groupe qui venait lui aussi de Washington DC, se foutait du public plus préoccupé par leur style vestimentaire, la couleur de leurs cheveux et par le fait d'appartenir à une scène. Cette scène hardcore allait rendre leur impudence au centuple en les détestant cordialement à leur tour pour un groupe largement incompris. Et qui n'a jamais rien fait pour l'être.
We did not play hardcore music, but we did play hardcore shows. PIL et Flipper sont les deux influences revenant le plus souvent mais No Trend possédait un son et une approche unique. Plus haineux qu'un Big Black avec une sonorité de guitare qui n'avait pas dû laisser insensible Steve Albini, No Trend peut sans doute être considéré comme le premier groupe noise-rock. Rythmique percutante, basse en avant, son de guitare écorchant, bordélique, ou cinglant qu'on doit à Frank Price, chant puissamment acrimonieux, Too Many Humans... avait de quoi dérouter n'importe quel public en 1984. Il faut au moins
avoir écouter une fois dans sa chienne de vie le chant de Jeff Mentges, leader possédant une énorme dose de charisme négatif confinant au génie selon Buck Parr (guitariste de 1985 à 1986) sur le morceau Too Many Humans quand il gueule avec une hargne sans égale Too many fucking humans/You breed like rats/And you're no fucking better.
Sur ce premier album après un single très remarqué avec le morceau Teen Love (leur morceau le plus connu), No Trend accouche de titres magnifiquement dissonants, abrasifs, violents mais sans jamais jouer sur la vitesse d'exécution comme de nombreux groupes de l'époque, faussement, sadiquement traînants parfois avec toujours ce son de guitare aliénant comme sur les inquiétants et géniaux Blow Dry, Kiss Ass To Your Peer Group ou Family Style. Sur les deux derniers titres, No Trend continue de dérouter et s'ouvre des portes avec Mindless Little Insects et les sept minutes de Happiness Is..., expérimentant samples, basse dub, répétitions malsaines et folie prégnante.
Et le futur sera encore plus dingue. No Trend respectait encore moins ses fans de la première heure. Soucieux de ne pas refaire à chaque fois le même disque et d'aller là où on ne les attendait franchement pas, les trois albums suivants n'auront rien à voir avec Too Many Humans... Mentgues vire pratiquement tout le monde, notamment son génial guitariste Frank Price (qui se suicide en 1989) et présente sur A Dozen Dead Roses (1985) et Tritonian Nash Vegas Polyester Complex (1987 sur Touch and Go) une musique avec des synthés, des cuivres et une approche musicale radicalement différente sinon celle d'être toujours une verrue dans le fondement de nos certitudes. Tellement différent que More, enregistré en 1987, ne sortira finalement qu'en 2001 sur Morphius Archives car personne n'en avait voulu à l'époque.
On peut quand même conseiller le 10'' Heart of Darkness avec Lydia Lunch qui a compilé une partie du début discographique de No Trend sur When Death Won't Solve Your Problem (Widowspeak 1985) ou la compilation The Early Months de Teen Beat records en 1995, disques presque aussi introuvables et hors de prix que le single Teen Love.
Too Many Humans... est un disque à part qui ne se retrouve dans aucun bilan, aucun album de l'année, à l'instar de Spike In Vain ou l'album Prehistory de Circle X, disque lui aussi sorti par le label havrais L'Invitation Au Suicide pour ce coté-ci de l'Atlantique, avec livret intérieur comportant des textes de Guido Ceronetti et Emil Cioran collant parfaitement à l'esprit nihiliste de No Trend.
30 ans plus tard, Too Many Humans... est toujours un putain de coup de fouet. Donc, oui, meilleurs voeux. Et la santé surtout.

:: download Too Many Humans LP

infos :
black vinyl, 33 rpm, 8 pages booklet. Recorded, engineered, mixed, and produced at Inner Ear Studios, by Don Zientara and No Trend. Re-equalize au Studio SDH (Rouen), ingénieur du son : P. Bouchard. Choix des textes : Mary Lemeur, Yann Farcy. Conception de la pochette : Mary Lemeur, Yann Farcy, Gérard Rabel. Illustration de couverture : Jean Philippe Charbonnier. Page 1 : Roy Stryker. Page 4 : Stéphane Duroy, Joe Steinmetz. Page 6 : Jean Philippe Charbonnier. Page 8 : Pierre Jamet, Marie Ellen Mark.



>> next