bnnt
qulturap

BNNT
_ _ - CD
Qulturap 2012

BNNT, cherche pas, c'est du polonais bien qu'à la base ça soit de l'anglais connu sous le nom de Brown Tape. Un groupe autant qu'un collectif multi-activités de Varsovie pratiquant l'art du bruit multidirectionnel. Des allumés encagoulés tournant autour de Daniel Szwed (batterie) et Konrad Smolenski dont l'arme de prédilection a pour nom le baritone missile. Et ce n'est pas qu'une image. C'est véritablement une guitare en forme de missile et c'est une arme redoutable.
Que ce soit devant un chic public parisien au Palais de Tokyo ou sur un camion dans les rues polonaises (la preuve par l'image une nouvelle fois), BNNT, ça fait mal aux oreilles des bobos ou étonne le vieux quidam.
BNNT a des airs de uSSSy, les voisins russes, des faiseurs de bruits qui aime malmener le noise-rock dans les grandes largeurs. Un mariage heureux entre la musique mono-neuronale et avant-gardiste, entre un riff monolithique et un vibraphone guilleret sur Operation Diesel_ British Troops Have Taken Afghan Heroin Factory (tous les titres sont à rallonge et sont un hommage aux bienfaiteurs et martyrs de l'humanité). Un premier album en forme de maelstrom de larsens, de samples, de nappes bruitistes, de triturations sonores, de pilonnage rythmique et de riffs brutaux. Voix féminines ou chants masculins intenses pour saupoudrer d'une touche humaine un monde de ferraille luisante et de crissements déchirants, BNNT utilise tout l'arsenal du parfait bricoleur-manipulateur bruitiste pour accoucher d'un dense tapis de rythmes et de sons. Congolese rebel leader Thomas Lubanga recruiting children, intro de vingt-deux secondes sur le CD et en version complète sur le vinyle ou en vidéo sponsorisée par le Femen et dont le riff principal de la guitare missile est repris sur Child Soldiers of Congo. Multiples étapes expérimentales instaurant un véritable climat aliénant et pour finir, deux belles pièces répétitives de six minutes. Un minimaliste et sombre Joseph Kony, A Former Catholic Altar Boy From Northern Uganda faisant monter progressivement l'adrénaline et le transe vaudou Battle Of Kismayo à faire baver d'envie Skull Defekts, l'aura crépitation et lynchage en public en plus. Mais pas question de faire dans le cérébral. Ce sont avant tout de sales punks aimant le bruit pour la seule jouissance brute qu'on peut en tirer, sans chercher à trop faire dans la dentelle, l'expression de leur douleur quotidienne donnant envie de crier : nous sommes tous des Polonais !

SKX (19/10/2012)