warbrides
tripleeyeindustries

War Brides
Regrets - LP
Triple Eye Industries 2017

Premier véritable album de War Brides après Burden, mini-album qui avait causé de maxi dégâts. Regrets va en provoquer encore plus. Non pas des regrets mais des dégâts, suivez un peu. Pour présenter sommairement la situation, le groupe de Chicago évolue entre Jesus Lizard, Hawks et Ken Mode. Il existe donc de la place pour malmener, fusionner, incendier post-hardcore et noise-rock, faire un grand feu de joie de riffs intenses, de branlées rythmiques en aller-retour et de précisions diaboliques.
Par rapport à Burden, War Brides présente moins de lourdeur écrasante et d'épaisseur, plus de tranchant et de vivacité, plus sec et hargneux sur l'os. Avec des mid-tempo meurtriers sur Ode To An Old Man possédant des airs d'Oxbow avec ce chant parlé, menaçant, des paroles qui cassent (You’re a piece of shit, someone’s bound to murder you) et surtout Cubano. C'est le point culminant de Regrets du haut de ces presque six minutes qui donnent le vertige et mettent un très gros coup de déchirements intenses et de beauté brutale sur les épaules.
Les sept autres compos sont plus dans la rapidité, l'exécution qui fait la part belle au groove convulsif, l'alliage de fer et de souplesse et la qualité du jeu de guitare qui toujours emmène tout le monde vers le haut. War Brides sait aérer ces morceaux, jouer avec les ambiances, tempérer les ardeurs les plus carnassières, frôler le chaos, pousser de bonnes soufflantes avec la voix rauque d'un chanteur qui sait varier les effets (et se faire aider par quelques choeurs) pour une somme d'uppercuts férocement bâtis et finement amenés. War Brides (ou les épouses de guerre en français) n'offre pas le dépaysement, on sait où on met les pieds mais bordel, qu'est ce que c'est bon !

SKX (11/04/2017)