knifethesymphony
smokesignals
phratry


Knife The Symphony/Smoke Signals...
split LP
Phratry 2015

Knife The Symphony adore les splits. C'est le troisième en cinq ans, eux qui n'ont plus réalisé de véritables albums depuis 2009. Après LKN, après Swear Jar, c'est le tour de Smoke Signals, un groupe de Newport dans le Kentucky, d'avoir les honneurs de figurer aux cotés du groupe de Cincinnati. Car il faut préciser et surtout répéter que Knife The Symphony est un putain de bon groupe, un groupe largement sous estimé, un groupe trop méconnu. D'une musique opérant dans le chant du hardcore émotionnel et passionné à la Portraits Of Past, le trio a creusé le sillon d'un rock de plus en plus noise, frénétique et cassant. Knife The Symphony met donc le curseur un peu plus loin dans le domaine du noise-rock aussi carré et méchamment rythmique que furieusement exalté. Ça file et ça tricote à toute berzingue des mélodies fougueuses sur trois titres encore une fois impeccables dont la palme revient à Last Dance. Six minutes et des brouettes de guitare claire coupante et d'un brasier permanent. En plein milieu de la course poursuite, Knife The Symphony se permet de rester en mode répétition pour rajouter une couche de tension irrésistible avant de tout casser sur un final illuminé qui rend une nouvelle plus que nécessaire l'écoute de ce groupe trop rare.
Hélas pour Smoke Signals, ils ne sont pas à l'honneur de leurs glorieux camarades. Excepté la minute et quelques de Silent War qui se la joue math-rock surexcité avec un sample à la place du chant, les deux autres titres opposent une musique technique, voir chaotique et frénétique à un chant très mélodique (Page:Verse), un guitariste qui aime un peu trop son instrument et qui en fait des tonnes sur Release pour des musiciens semblant n'avoir pas réussi encore à s'accorder et partant dans tous les sens. Franchement pas concluant. Voir très laborieux.
Un split très inégal mais rien que pour les beaux yeux de Knife The Symphony...

SKX (16/10/2015)