bugsandrats
feedingtube
surveillanceinvestments






Bugs And Rats
s/t LP
Feeding Tube/Surveillance Investments 2015

Les insectes et les rats viennent de Quincy, un patelin juste au sud de Boston dans cet état très redouté des zozoteurs, le Massachusetts. Bugs And Rats grouillent dans l'underground depuis 2003, sortent à chaque fois des enregistrements par leurs propres moyens. C'était le cas avec le précédent album, Get That Fucking Light Out Of My Face en 2011, sorti uniquement en CDr. Idem en 2010 avec l'album Adidas. Il a fallu attendre 2014 pour que Feeding Tube réalise une version vinyle. Et un sort identique attendait ce présent album self-titled qui pointait son nez sur le bandcamp du groupe depuis juin 2014. Mais le fidèle Feeding Tube, aidé dans son entreprise par Surveillance Investments, viennent de sortir le vinyle. Tout ça pour vous dire que Bugs And Rats ne sont pas très attirés par la lumière, qu'ils vivent leur vie de cafards sans se soucier du temps qu'il fait dehors, trop occupés qu'ils sont à perpétrer leurs stridences dans un grand fatras de rythmes cogneurs. Il suffit de regarder cette vidéo pour constater que le batteur pourrait taper comme ça, comme une brute, comme un sale gamin attardé au fond de sa cave pendant des lustres. Il n'en a rien de foutre de savoir si quelqu'un l'écoute ou pas. Seul compte le déchaînement de sa libido.
Avec ce nouveau disque, Bugs And Rats ne s'embarrassent pas une nouvelle fois avec la durée. Le trio fait même encore plus court que d'habitude avec neuf titres en même pas vingt minutes. Est-ce le signe d'inspiration un peu en berne ? Car tout en restant dans la lignée de ces précédents disques, les morceaux sont dans l'ensemble moins percutants et pertinents, à l'exception de Dead In The Sun ou Indidelity hargneux et explosifs comme un djihadiste sur un marché irakien. Car dans ce genre de musique azimutée qui doit autant à Arab On Radar qu'à leurs potes de Guerilla Toss en plus binaire et directe, voir plus froide et détachée façon Spray Paint, la dépendance est très rapide mais on peut également s'en lasser aussi prestement. Facile d'accrocher à leurs riffs aigus qui peuvent s'avérer mélodiques, à ces rythmes tapageurs et bassement juteux, à l'énergie juvénile et communicative qui se dégage de tout ce bordel. Mais on en a vite fait le tour et près deux ou trois écoutes, ce disque risque de prendre la poussière. Et puis il y a ce chant. Ça ne m'avait pas marqué sur les précédents disques mais sur des morceaux comme I'd Really Like To See You In The Cold et Competition, j'ai d'abord cru que c'était une fille puis après que le chant avait été enregistré à la mauvaise vitesse, juste un poil trop rapide et en fait non, le mec a juste une voix de canard. En même temps, ça confère à Bugs And Rats un coté cartoonesque et décalé. Et le plaisir est multiplié par deux avec l'invitée Kassie Carlson de Guerilla Toss qui vient pousser ces cris de chienne sur Boys Are Dumb et Not Like My Gun. Adeptes de musique bruyante et déglinguée, vous pouvez vous attarder sur ce disque. Mais surtout, attardez vous sur les précédents albums plus consistants.

SKX (23/09/2015)