uselesschildren
ironlung





Useless Children
Post Ending//Pre Completion - LP
Iron Lung 2012

Useless Children, groupe australien, sort son deuxième album. Vous pouvez oublier le premier, Sky is falling, sorti en 2009 car le gros lot, celui qui va égaliser toutes les têtes pour mieux les décapiter par la grande faux du bonheur, c'est Post Ending // Pre Completion, album réalisé par Iron Lung, label de Seattle décidément toujours dans les bons coups.
Si je n'avais pas eu le nom sous le nez, je n'aurais même pas été sûr de reconnaître Useless Children. On avait bien senti poindre le changement sur l'excellent single Skin, sorti en 2010 par Criminal IQ. Mais là, ce n'est plus la vitesse supérieure qu'ils ont passé, c'est la grande roue de l'évolution sautant plusieurs générations, l'abolition des karmas négatifs, la purification vers une galaxie nouvelle. Et à grands coups de pieds au cul, s'il vous plait. A la lumière de ce nouvel album, Sky is falling apparaît comme un vulgaire album punk-noise braillard, un peu trop terre à terre par de jeunes chiens fous gratuitement remontés.
Le plus insupportable était Cinta la batteuse et hélas chanteuse qui vous donnait envie de lui foutre un sac sur la tête en serrant bien fort à la base du cou. Depuis, elle a bouffé un rat et surtout une bonne grosse dose d'effets la noyant sous le déluge. Un travail sur les voix qui l'a fait perdre plusieurs octaves, donné plus de coffre et associé au chant d'un des deux autres mâles du groupe (voir les deux), le cocktail est volcanique. Et il n'y a pas que le chant qui a pris de l'épaisseur. La bête est en eux. Tout est plus malsain, torturé, compact. Un ralentissement des cadences au profit d'un climat encore plus délétère et une lourdeur accrue. Dans le genre, les deux morceaux représentatifs de ce nouvel esprit festif sont Walk Away (dont le personnage de la vidéo vaut une pub gratos à Useless Children) et les six minutes de Shuffle. Déflagrations putrides à mèches lentes, flagellations de cris, pédales wah-wah hurlantes à la mort, déchaînement auditif, tension lardée, lyrisme sous-jacent qui ferait presque penser à un Neurosis en formation ramassée et boule de suif, la densité est énorme et c'est comme ça tout au long des huit écrasants titres. L'écho de la batterie sur Locked Groove résonne encore pendant de longues heures après sa fin, chaque rythme cogne comme un bûcheron dans une cage d'acier, les lignes de basse ont gagné trente kilos, ça grésille de partout dans la tête, une joute quasi animale et des guitares comme si il y en avait tout un bataillon.
Useless Children a élargit sa palette d'horreur, multiplié les champs sonores, a mis toutes les chances de son coté en demandant à Alex Newport de mixer la bête. Le punk qui ne voyait pas plus loin que son postillon s'est mué en un monstre rempli d'idées, une entité noise bruitiste maniaque, sûr de sa force et de sa folie. Le trio a ouvert ses chakras, se laisse aller, met le feu à la fourmilière et nous inonde d'un album colossal.

SKX (03/07/2012)