Drunkdriver
Born Pregnant - LP
Parts Unknown 2008

La première phrase de Born Pregnant est : I hope it hurts. Oui, ça fait mal. Très très mal. Le reste des paroles doit être à l'avenant mais heureusement pour notre santé mentale, le vomissement qui lui sert de chant masque la poésie des textes. Drunkdriver, trio new-yorkais armé d'une guitariste (Kristy Greene), d'un batteur (Jeremy Villalobos) et donc ce fou chantant Michael Berdan. Formule minimale pour dommages auditifs irrémédiables. On les aurait bien imaginés sur Load records mais c'est Parts Unknown qui a hérité du bâtard. Ca frite les oreilles, ça déborde des amplis, à tel point que l'enregistrement crade, il va de soi, empiète sur le territoire du voisin, que les riffs assassins de la guitariste, maîtresse femme pour asséner la fessée, court-circuite la batterie qui elle même bouffe le chant. Une sorte de mélasse jouissive où tout reste miraculeusement audible. Mais à fond. Rouge cramoisi. Mais c'est bien de rock dont il est question. De l'énergie brute, d'une bête primaire cherchant sans cesse à avancer sur sa proie. Zéro mélodie, tout dans la confrontation mais quel pied. A cette cadence là, ce n'est plus de la no-wave. De vague, ça fait longtemps qu'il n'y en a plus. Fracassée au fond d'une cave, le corps parti avec l'eau du bain. C'est de la no-music avec un dernier titre de douze minutes (Cure For The Common Cold) qui passe comme une lettre à la poste (même en grève). C'est que Drunkdriver, on aimerait ça. Des années d'habitude à rouler bourré sans doute.

SKX (22/10/2009)