37500 Yens/L'Ombre De La Souris Dans La Deuxième Lune
split 10''
8 Tracks recording 2007

Dans ce très beau format qu'ait le 10'', soit 25 centimètres, soit une belle taille et qui me fait penser à La Lame du mat du Cheval de Frise, dans le format et dans l'esthétisme de la pochette, deux groupes de l'Est français. Et quand on invoque Cheval de Frise, c'est aussi dans l'esprit. L'instrumentalité des compositions, le sens de la recherche musicale, allez un peu plus loin que les codes en vigueur (qu'ils y arrivent ou pas est une autre histoire), une envie de beau mélangée à une sourde rage rock. Le nom de L'Ombre de la souris dans la deuxième lune n'a sans doute de sens que pour ces protagonistes mais quand on sait que des anciens Rroselicoeur traînent là-dedans, on s'en étonne qu'à moitié… Philipp Van Defeew, c'est le nom de la pièce, est un morceau à tiroirs multiples. Presque trop mais le groupe agence tout ça avec douceur, subtilité, tellement qu'il en ait presque trop sage malgré ses parties plus nerveuses. Ca fait beaucoup de " presque ", je vous l'accorde. Dans le style math/post-rock éclairé, le groupe se défend aisément. C'est beau, c'est soigné, c'est enlevé. Mais c'est presque trop parfait justement. Manque ce grain de sable et de folie. Mais pour un premier morceau, c'est déjà pas mal. On attend la suite. 37500 Yens, c'est ce duo de Reims dont l'album m'avait collé au plafond du fond. On ne sait pas si ce titre, Corrélation, a été enregistré avant ou après mais il ne semble pas du même moule. On sent un (léger) coup de moins bien dans le rendu et le percutant. Ca reste du 37500 Yens. Alerte, généreux, évolutif, qui vous enveloppe dans sa couche de mystère. Mais comme pour L'Ombre de la souris, on les sent un peu trop attentionné. La bride ne se lâche pas si facilement que sur Astero. Du bon boulot tout de même pour un split en adéquation avec sa pochette. A moins que ce soit l'inverse.

SKX (14/11/2007)