Neurosis
Given To The Rising - CD
Neurot 2007

Les dinosaures remuent encore. Après Unsane qui vient de nous en coller une belle, Neurosis nous met à son tour une baffe monumentale. Ca fait plaisir parfois de tendre l'autre joue. Alors que Neurosis avait considérablement baissé le rythme et la virulence de son propos sur The Eye Of Every Storm, alors que la tendance générale d'une pléthore de groupes hardcore/metal était à l'ambiant ou au retour qui pue vers les seventies et son progressif qui tâche, on se demandait si le groupe de San Francisco n'était pas sur la voie de garage. Tous les Isis et Cult of Luna de la terre peuvent aller se rhabiller. Neurosis a retrouvé le fil. Un neuvième album en forme de synthèse de tout le meilleur de leur imposante discographie, sublimé par une inspiration retrouvée. Les riffs de mammouth, les rythmes tour à tour tribaux ou qui pèsent deux tonnes. Cette voix puisant dans toute la misère du monde, ce cri de bête qui s'élève des entrailles et vous arrache un gond. Ces passages atmosphériques et inquiétants parfaitement intégrés à la furie générale. Neurosis a tout bon. Même Albini qui fait sonner la batterie comme jamais. Une heure dix pendant lesquelles Neurosis ne nous épargne rien. Des guitares dingues dans le rouge sur Fear and Sickness. La voix monstrueuse de Scott Kelly qui racle le fond de sa gorge pendant d'interminables secondes avant de laisser s'échapper un monstrueux To The Wind qui fini par vous emporter aux quatre coins sur le morceau du même nom. Toutes les fois où Neurosis installe un semblant de mélodies abruptement coupées par de brutales attaques. Ils ont réussi plus que jamais a écrire des morceaux directs, foutrement puissants dans lesquels on rentre de suite tout en créant une riche et dense texture, des structures longues à niveaux multiples. Symphonique et primaire. Des stridences stressantes de la fin de Water is not enough aux neuf minutes de toute beauté et apaisantes de Origin, morceau de clôture lacéré par une brusque décharge poignante. Des remarquables samples qui sont pour beaucoup dans l'envoûtement de leur musique comme sur At The End Of The Road où tout se fait dans la finesse. Ces rythmes entre deux eaux qui maintiennent une pression constante, laissant planer le doute quant à leur possible explosion où une sinueuse montée dont on ne verra jamais le sommet. Il faudrait des heures pour explorer et expliquer chaque recoin de ce disque tant il regorge de trouvailles, de mélodies lumineuses, d'enchaînements parfaits, de multiples détails qui donnent tout le piment, de fulgurance à se cogner la tête dans les genoux et de mélancolie qui ferait fondre les plus endurcis. Mais ce Given To The Rising est un bloc monolithique qui se prend de face et en entier, qui vous hypnotise jusqu'à la moelle, vous la remue et vous rend tout hébété. Neurosis sont de retour aux affaires. Les patrons, ce sont eux. Totalement captivant.

SKX (28/04/2007)