GORDZ
s/t - CD
Ruminance/Euphrate 2001

Chacun attend sa ze drogue quotidienne. En plein trip kung-fu noise, le trio parisien Gordz donne enfin suite à un précédent 45 qui nous avait fait o-soto-gari du premier coup. On augmente la dose cette fois avec un mini-album qui atteint les 20 minutes au bout de 9 titres toniques et souples aux articulations. Un format qui sied bien à leur délire. Une cour de récrée pleine de fureur et de malice, de bruits et de saignements aux genoux. Ca croche-patte à tout va et Gordz n'a pas tardé à s'installer dans la cour des grands. Une production qui fait ressortir les basses, la caisse claire explosive, les guitares qui cisaillent aux chevilles. On commence par deux morceaux qui s'enchaînent, au ton presque grave avant de repartir 4 à 4, ventre à terre, tout l'humour décalé et sans cesse suintant derrière chaque note, chaque rythme et surtout ces vocalises d'aliénés uniques qui deviennent leur véritable marque de fabrique. Après l'habituel cassedédi à "la fondation singe" et quelques violons plus tard, on a le droit à un super remix par Snark de "cube" qui figurait sur leur 45, donnant un air presque Melt-Banananien à leur noise qui attrape la jaunisse. Ca défile sec, balancement idéal entre véritables morceaux, articulations jouissives, délires intempestifs. C'est construit et pensé. Ca se prend d'une seule traite. Esprit Skin-Graft. Noise originale, fanfaronne et consistante. Les bonzes s'en marrent encore.

SKX (15/05/2001)